Live News

Doris Mason : un ex-mannequin partie trop tôt 

Doris Mason

L’ex-mannequin Doris Mason est décédée après un long combat contre la maladie. Elle a transmis sa passion pour le mannequinat à sa fille Teena, 20 ans. Cette dernière revient sur le parcours et le combat de sa mère.

Doris Mason, grande passionnée de la mode, s’en est allée en décembre. Ses quatre enfants sont inconsolables. Sa fille Teena confie avoir grandi avec ses deux grands frères, âgés de 29 et 31 ans, ainsi que sa tante Shirley, petite sœur de sa mère.

L’ex-mannequin a travaillé à bord du Mauritius Trochetia et du Mauritius Pride pendant dix ans. Par la suite, elle s’est lancée dans la vente. Adepte de mode et de mannequinat, elle a fait ses débuts à l’âge de 16 ans et s’est fait un nom dans le domaine. 

Durant les années 80 et 90, elle était très active et sollicitée sur la scène locale. Elle a été élue mannequin de l’année durant cette période. Sa carrière a duré quinze ans et elle ne s’est jamais vraiment arrêtée.

« Elle prenait soin d’elle et continuait à vivre cet univers à travers moi », confie Teena. « Dès mon plus jeune âge, elle m’entraînait à faire de petits défilés devant le miroir. À 9 ans, elle m’inscrit à mon premier défilé. J’y ai tout de suite pris goût et je ne me suis jamais arrêtée », ajoute-t-elle.

Sa fille a toujours été sa première admiratrice. « Je regardais ses photos avec admiration. Et je voulais devenir comme elle. Elle a toujours été mon inspiration. Aujourd’hui, je sais qu’elle me suit d’en haut », dit Teena.

Selon ses enfants, les mots ne suffisent pas pour la décrire, tant elle était unique. « Elle s’est dévouée corps et âme pour ses enfants jusqu’à son dernier soupir et s’est énormément sacrifiée pour sa famille. »

doris
Doris Mason et ses trois enfants.

Onze mois au lit

La vie de Doris Mason va basculer en décembre 2018, lorsqu’elle est terrassée par une hémorragie cérébrale. Un mois de coma s’en est suivi et onze mois de combat à l’hôpital. Durant cette période, elle a subi deux opérations au cerveau et de nombreuses interventions. 

« Malheureusement, les soins à l’hôpital de Rose-Belle et à Victoria n’ont pas été à la hauteur de la gravité de son cas. Elle était alitée, nourrie par un tube et n’a jamais retrouvé la parole et la capacité d’être 100 % réactive », confie Teena. Son état s’est aggravé petit à petit et des escarres ont envahi son corps, ce qui a entraîné de nombreuses infections.

« Nous avons tout fait, malgré les obstacles, afin que notre maman ait de meilleurs soins auprès du personnel de l’hôpital, en vain », raconte Teena.

Soutien de la famille

Les efforts et le soutien des enfants ont permis à leur mère de se battre plus longtemps. « C’était très dur et émouvant de la voir souffrir, d’être emprisonnée dans son corps. Parfois, un simple regard suffisait pour nous donner de l’espoir », raconte Teena.

Son premier combat a été de sortir du coma, plus d’un mois après son hémorragie cérébrale. « Les médecins nous ne donnaient aucun espoir. Pour eux, il fallait se préparer au pire. Elle s’est accrochée et pour nous, c’était un miracle », confie Teena.

Elle est pour ses enfants une vraie leçon de vie. « Même durant cette maladie, maman s’est encore une fois énormément sacrifiée pour nous. » Sa maladie a été plus forte que leur foi, laissant derrière elle quatre enfants fiers, mais meurtris.

« Son départ nous a anéantis. Son absence à la maison a changé nos vies. Nous avons été à ses côtés jusqu’au bout, durant un an de coma. » Même si la douleur de perdre leur maman est incommensurable, celle-ci est libérée de ses souffrances. « Cela nous console. Je ne souhaite à personne de voir un parent souffrir à ce point, c’est douloureux. »

Les escarres et les infections ont eu raison d’elle. Son petit corps a lâché après un an de combat. Elle s’est battue jusqu’à la fin. « Sa persévérance est un exemple à suivre », confie Teena.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !