Live News

Dominique Seedeeal : «Je ne suis pas contre le GM, mais contre le système»

Une semaine après les incidents survenus à la suite de son arrestation, Dominique Seedeeal, dit Darren, dit ne rien regretter par rapport à ce qu’il a fait. L’homme de 32 ans affirme ne pas être « anti-gouvernement », mais promet de toujours rester solidaire avec le petit peuple. 

Votre manifestation devant le poste de police de Camp-Levieux, vendredi, serait à l’origine des incidents qui ont suivi dans la soirée. Que répondez-vous à cela ?
Ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours œuvré pour tout le monde, indépendamment de leur origine ethnique. J’ai fait de mon mieux pour venir en aide aux autres et ils me l’ont « retourné » à travers un cri du cœur. Ils ont vu que j’étais en train de manifester afin de faire entendre leur voix, c’est pour cela qu’ils se sont exprimés ainsi. Mo panse bann travay ki monn fer kinn fer dimounn sorti.

Dans le camp du gouvernement, on laisse entendre que tout cela était prémédité. Aviez-vous planifié tout ça ?
Je m’exprimerai sur cette question, sur l’avis de mes avocats, une fois que la cour aura rendu son verdict. Comme il y a toujours une certaine tension, je préfère faire attention à ce que je dis. 

Le gouvernement sous-entend aussi qu’il y a une similitude entre les émeutes de 1999 et les incidents survenus vendredi dernier. Partagez-vous cet avis ?
Le chanteur Kaya avait-il manifesté pour faire baisser les prix ? Son combat était tout autre. Il chantait pour la liberté d’expression, pour la cause des femmes, des plus pauvres. C’est complètement différent. Il ne faut pas faire l’amalgame.

Dans une vidéo, Rama Valayden laisse entendre qu’il faut encourager les manifestations. Faites-vous partie de son groupe d’action ?
Non. Je suis partisan d’aucun parti politique, même s’il se pourrait que vous me voyiez sur des photos avec des politiciens de tous bords. Cela dit, je suis reconnaissant envers Me Rama Valayden pour son militantisme et pour avoir soutenu beaucoup de personnes. Il m’avait appelé en tant qu’avocat pour me parler des incidents survenus. 

Il y a une perception que vous êtes un « anti-gouvernement » car les avocats qui vous soutiennent sont tous des opposants du gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
C’est inexact. Je ne suis pas contre le gouvernement, mais contre le système en place qui, par moment, ne fonctionne pas comme il le faut. D’ailleurs, il arrive que lorsque le gouvernement fait un bon travail, je le dis et je le publie sur la page « Radio Mo Pep ». Tout comme je le dis lorsque le travail n’est pas satisfaisant. 

Ces incidents auraient provoqué des dommages estimés à Rs 40 millions. Vous regrettez ce qui s’est passé ?
Je ne dirai qu’une chose : on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. 

Vous avez exprimé le souhait de rencontrer le Premier ministre. Pourquoi ?
Je veux tout de suite souligner que le but n’est pas d’entrer en politique, de décrocher un contrat, de demander de l’argent ou d’obtenir « enn bout ». L’objectif de cette rencontre sera double : lui confier un message, en tout respect et lui soumettre mon projet en faveur des personnes démunies. Il s’agit de la création d’une « banque de dons » qui se penchera essentiellement sur le problème du logement à Maurice.    

Quelle leçon tirez-vous de tout ce qui s’est passé ?
Je suis satisfait de ce qui s’est passé. Je crois en la justice divine et que tout ce que j’ai fait était sincère. Je crois dans cette population qui est en train de souffrir et avec laquelle je resterai toujours solidaire. Je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Kan mo sorti lor sime, mo sourir touss mo zorey ek mo marse latet ot.
 

  • Ed nou pou kont ou!

  • Mauritius Finance

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !