Live News

Domicile perquisitionné : La belle-famille de Teeluckdharry réclame Rs 50 M à l’ASP Jagai

L’ASP Jagai

Ils disent être traumatisés par la descente policière effectuée à leur domicile à RoseHill, le 27 octobre dernier. La belle-mère de Me Sanjeev Teeluckdharry, Hemlata Sher-Gill Gaya, 66 ans, et son beau-frère, Vighnesh Gaya, 27 ans, ont fait servir une mise en demeure à l’assistant surintendant de police (ASP) Ashik Jagai. Ils lui réclament des dommages de Rs 50 millions pour préjudices subis. 

Dans la mise en demeure rédigée par Me Pazhany Rangasamy, la veuve du psychiatre de renom, le Dr Geeaneswar Gaya, indique qu’elle est partiellement paralysée, qu’elle souffre de troubles de la parole et qu’elle est alitée la plupart du temps. Tandis que son fils Vighnesh poursuit ses études à l’université. C’est le 27 octobre, vers 9 h 30, qu’une « impressionnante » équipe de policiers, composée entre autres de la Special Supporting Unit, du Groupement d’intervention de la police mauricienne et de la Special Striking Team, a débarqué chez la belle-famille de Me Sanjeev Teeluckdharry. 

Les limiers avaient en leur possession un mandat de perquisition signé par l’ASP Ashik Jagai. Hemlata Sher-Gill et Vighnesh Gaya précisent, dans leur mise en demeure, que ces policiers étaient armés. Hemlata Sher-Gill Gaya, qui indique qu’elle était seule à ce moment-là, soutient avoir été impuissante et en état de choc quand les policiers ont fouillé sa maison. La sexagénaire raconte avoir été paniquée et qu’elle a fait appel à ses proches, notamment sa fille, son fils et son gendre. 

D’autre part, la sexagénaire dit avoir été consternée lorsqu’elle a été informée que cette perquisition était liée à une enquête pour blanchiment d’argent, drogue et possession de biens volés. Elle affirme que l’inspecteur de police en charge de la perquisition l’a également informée qu’ils recherchaient une arme ayant servi à commettre un crime. Cependant, souligne-t-elle, rien d’incriminant n’a été retrouvé au bout de deux heures de fouille. Hemlata Sher-Gill Gaya et son fils Vighnesh reprochent à l’ASP Ashik Jagai d’abus de pouvoir et d’autorité, insistant sur le fait que ladite perquisition n’était pas justifiée. Ce qui, selon eux, constitue une faute lourde. D’où sa mise en demeure.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !