Live News

Divali : la tradition brille de mille feux

Les lampes sont allumées ce soir chez les Ghurbhurn.

Ce jeudi 4 novembre, les Mauriciens de foi hindoue célèbrent Divali avec ferveur. Les familles demeurent fidèles à la tradition qu’est le grand nettoyage de la maison, la préparation des douceurs et la distribution aux proches ainsi que les collègues. Divali Abhinandan ! 

varsha
Rajkalee et Varsha Ghurbhurn ont célébré « Dhanteras » pour marquer le début des festivités.

Divali est la forme abrégée du mot Deepavalee. « Deepa signifie les lampes et avalee veut dire rangée. De ce fait, Divali est une rangée de lampes. Cette fête, l’une des plus populaires dans l’hindouisme, symbolise la victoire du bien sur le mal, de la connaissance sur l’ignorance et de la clarté sur les ténèbres », explique Acharya Bramdeo Mokoonlall.

Elle se décline en plusieurs facettes. Son aspect religieux indique les prières offertes aux divinités pour progresser et prospérer dans la vie. « En même temps, nous remercions Dame nature pour sa générosité », dit-il. D’un point de vue scientifique, une cérémonie du feu « yajna » ou « havan » est organisée. Le feu qui en émane purifie l’air.  Divali a surtout un cachet spirituel. « On s’efforce de sortir des ténèbres de l’ignorance pour aller vers la lumière de la vraie connaissance et d’avancer sur le chemin de Dharma (devoir), Artha (prospérité), Kama (plaisir) et Moksha (libération) », dit Acharya Bramdeo Mokoonlall. Il s’agit là des quatre buts de la vie humaine. Sur le plan universel, les familles procèdent au nettoyage de la maison, achètent des habits neufs, partagent des cadeaux et distribuent des gâteaux et illuminent des lampes. 

divali
Varsha Ghurbhurn et sa maman mettent les douceurs dans les boîtes après le déjeuner.

En ce jeudi 4 novembre, de nombreuses familles se lèvent à l’aurore. C’est le cas des Ghurbhurn qui résident à Clémencia. Rajkalee et sa fille, Varsha ont entamé les préparatifs une semaine avant la fête. La maison est nettoyée de fond en comble et les rideaux sont lavés. « Notre demeure doit être propre, car nous accueillons la divinité de la fortune, Lakshmi. Sa statuette est également enjolivée par des bijoux et une tenue que je lui ai cousue », explique Rajkalee. Elle ajoute que Divali marque aussi le retour de Ram et son épouse Sita dans son royaume après un exil de 14 ans. Des lampes ont été allumées pour les accueillir. Des gâteaux ont été distribués pour célébrer la victoire de Ram sur le démon Ravan. 

Le mardi 2 novembre, deux rituels ont été organisés pour marquer le « Dhanteras », soit le premier jour marquant le début des festivités de Divali et le « Yam Deep ». « Yam ou Yamraj est le dieu de la mort. Nous lui demandons de protéger les membres de notre famille aussi longtemps que possible », dit-elle. 

Distribution des gâteaux

jyotsana
 Jyotsana Chadee a reçu deux paires de boucles d’oreilles en or de la part de sa maman et de sa belle-mère.

En ce jour de Divali, Rajkalee et Varsha Ghurbhurn commencent la journée par une prière et des offrandes aux divinités. Ensuite, elles préparent des gâteaux patate. « Le temps de préparation de ce gâteau est long. De ce fait, certaines douceurs sont cuites la veille. Dans notre boîte de gâteaux, il y a  des barfi, des gulab jamun, des laddoo bessan et des laddoo coco », disent-elles. À l’heure du déjeuner, un briyani végétarien est servi. « Puis, nous mettrons les gâteaux dans des boîtes pour les offrir aux voisins et aux proches. Nous avons aussi prévu des boîtes pour les collègues. À cette occasion, nous allons mettre nos habits neufs et traditionnels », ajoutent la mère et la fille. Bien évidemment, les lampes de terre et les guirlandes lumineuses, installées de part et d’autre de leur cour, vont scintiller au crépuscule. 

Jyotsana Chadee, 22 ans, attendait la fête de la lumière avec impatience. Cette habitante de 16e Mille, Forest-Side a préparé des « khaja » et des « rasgullah » la veille. « Comme chaque année, j’ai rejoint mes belles-sœurs chez ma belle-mère pour préparer ensemble les gâteaux. Chacune a cuit une ou deux douceurs et nous les avons ramenées chez nous », indique la jeune femme. Cette dernière confie qu’à l’occasion du Dhanteras, sa maman et sa belle-mère lui ont offert chacune une paire de boucles d’oreilles en or. « Selon la tradition, les mamans offrent un objet en or à leur fille, car celle-ci est considérée comme Lakshmi », dit-elle. 

boodhoo
Tina Boodoo et son fils vont distribuer les gâteaux.

Ce jeudi, son époux et elle se lèvent tôt et prennent un bain. Un « rangoli » a été dessiné à l’entrée pour accueillir Lakshmi. « Quelques jours avant Divali, les guirlandes lumineuses sont installées autour de la maison et s’illuminent chaque soir », dit Jyotsana Chadee. La famille partage un déjeuner autour des « ti puri » et les sept caris. Avant de placer les gâteaux dans des boîtes, une prière est dite et des offrandes sont faites. Ensuite, elle va se draper d’un sari et d’un masque assorti pour distribuer les gâteaux aux voisins et proches. « La bonne humeur domine l’ambiance aujourd’hui. Divali nous rend joyeux », dit-elle. 

Tina Boodoo démarre également le nettoyage une semaine avant Divali. « La veille de la fête, j’étais chez ma maman pour préparer les gâteaux, relate cette habitante de Nouvelle-France. Aujourd’hui, elle se réveille tôt pour nettoyer une nouvelle fois la maison. Dans l’après-midi, les douceurs sont mises en boîte. La famille va les distribuer aux connaissances. La soirée est consacrée à la contemplation des maisons illuminées dans le quartier. » 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !