Interview

Didier Samfat (directeur de Syynergis Network) : «Sensibiliser les Mauriciens sur la protection des données»

Didier Samfat Didier Samfat : « Il faut plus de vigilance sur le net ».

Dans cet entretien, Didier Samfat, le directeur de Syynergis Network, commente l’affaire de fraude sur le net dans laquelle un centre d’appels mauricien serait impliqué. Il nous livre également ses attentes pour le budget.

Un centre d’appels basé à Maurice fait actuellement l’objet d’une enquête d’Interpol sur une éventuelle fraude massive sur le net. Pensez-vous que cela aurait une grave répercussion sur le secteur des TIC en général ?
Je ne veux pas commenter sur cette affaire. Mais je dirais que dans tout secteur d’activités on trouve des gens honnêtes et malhonnêtes. C’est un phénomène mondial. Dire que cela va affecter la réputation du secteur des TIC à Maurice, je ne le pense pas. Car la grosse majorité des entreprises agissent strictement dans la légalité et dans le respect des engagements avec leurs clientèles. Je profite de l’occasion pour demander aux internautes d’être plus vigilants sur le net en ce qui concerne surtout la protection de leurs données, car on effectue de plus en plus des transactions financières à travers le e-service. À cet effet, je souhaiterais que les autorités, à travers le National Computer Board, lancent des campagnes d’information et de sensibilisation au niveau national sur les dangers que représentent les pirates informatiques.

En tant qu’opérateur du secteur, quelles sont vos attentes pour le prochain budget ?
Suivant un certain ralentissement de l’économie qu’a connu le pays, il serait souhaitable qu’il y ait en priorité des mesures pour une relance globale afin que les entreprises, dont celles opérant dans le secteur des TIC, puissent investir davantage dans la nouvelle technologie. Et ce, afin qu’elles puissent améliorer leurs productivités et leurs services et participer activement dans la croissance économique et à la création d’emplois.

Il faut que les autorités informent sur les dangers que représentent les pirates informatiques»

Plusieurs secteurs font face à un manque de main-d’œuvre. Qu’en est-il du secteur des TIC ?
Des emplois sont toujours disponibles dans les centres d’appels et le secteur du BPO, surtout ceux qui offrent leurs services à l’étranger. À cet effet, il serait souhaitable qu’il y ait un organisme qui puisse assurer la formation de ceux qui veulent intégrer ce secteur. En général, les autorités doivent prendre des mesures pour encourager les Mauriciens à intégrer des secteurs d’activités qu’ils ont délaissés jusqu’ici.

Selon Statistics Mauritius, le secteur des TIC réalisera une croissance de 5,3 % cette année. Peut-on dire que c’est un secteur prometteur ?
Les autorités ont investi massivement dans le secteur des TIC avec pour résultat, une fondation solide. Je cite notamment la fibre optique de Mauritius Telecom (MT) qui a boosté le secteur. Ce qui nous a permis de créer de nouveaux emplois. Je dirais que ces investissements ont aussi profité à la population en général. Ce qui m’amène à dire que les Mauriciens peuvent faire carrière dans ce secteur qui est toujours prometteur. Toutefois, le gouvernement doit prendre des mesures pour relancer l’économie qui s’est quelque peu stagnée ces derniers temps.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !