Actualités

Dhiren Moher : «Une île Maurice sans Sida est possible»

Dhiren Moher

La lutte contre le VIH/Sida n’avance pas. « Nous stagnons », selon le président de l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Prévention information et lutte contre le sida (Pils) Dhiren Moher. Avec de la bonne volonté, selon lui, le pays peut « se défaire » du Sida.

«Nous stagnons ». Tel est le constat de Dhiren Moher. Il trouve inconcevable que dans un pays où le service de santé public est gratuit tout comme la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida (PVVIH) et les médicaments qu’il y ait une centaine de décès liés à cette maladie chaque année. « La mortalité des PVVIH équivaut à un échec de la lutte et de la prise en charge des patients », dit-il. Il en est de même des nouvelles contaminations dont le nombre ne cesse d’augmenter. De 262 en 2015, le nombre est passé à 382 en 2018. Pour le président de Pils, « un nouveau cas est un cas de trop ». 

 « Selon nos informations, ceux qui sont décédés du Sida sont morts avec une charge virale indétectable. Ce qui signifie qu’il ne pouvait pas contaminer d’autres personnes. Ils sont décédés en raison d’infections opportunistes », dit-il. 

Il déplore un manque de ressources humaines et financières mais aussi une volonté de la part du ministère de la Santé. « Port-Louis a le plus grand nombre de PVVIH mais les soins sont dispensés au Centre Bouloux où il n’y a pas les facilités pour une radiographie par exemple », dit-il. Pour lui, la prise en charge du VIH/Sida ne se limite pas uniquement à réguler  les molécule du CD4. Ainsi, ceux nécessitant des soins préfèrent ne pas se rendre dans les centres de santé qui manquent de facilités. Il est d’avis qu’il faut une approche communautaire. 

Dhiren Moher souligne aussi qu’il n’est pas possible de se contenter d’accueillir les bénéficiaires pour leurs traitements mais de les adapter selon leur situation. « Pils est prêt à aider le ministère de la Santé et à travailler sous sa direction pour assurer la prise en charge des PVVIH », explique notre interlocuteur. 

Alors que les chiffres indiquent une hausse de nouveaux cas de VIH/Sida et de décès liés à cette maladie, Dhiren Moher croit qu’une île Maurice sans Sida est possible avec zéro nouvelle contamination et zéro décès. 

vihvih


Infographie : Rapport 2018 de Pils

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation