Live News

Développement durable : le plastique vit ses derniers moments à Maurice 

Le PNUD, l’Union Européenne et le Japon aident Maurice dans son désir d’éliminer le plastique.

Un « plastic free Mauritius ». Deux jours de travail pour se pencher sur la manière d’éliminer le plastique du quotidien des Mauriciens. Cet atelier de travail, organisé par le ministère de l’Environnement, se tient avant la COP 26 qui se tiendra début novembre prochain à Glasgow, en Écosse. 

L’ouverture des travaux de l’atelier a eu lieu le lundi 18 octobre au Caudan Arts Centre. Plusieurs personnalités y assistent. Ce sont Kavy Ramano, ministre de l’Environnement, Vincent Degert, l’ambassadeur de l’Union européenne à Maurice,  et Amanda Serumaga, UNDP Resident Representative à Maurice.  De hauts fonctionnaires, des membres du corps diplomatique et des ONGs, entre autres, sont aussi engagés dans cet atelier qui se tient du lundi 18 au mardi 19 octobre.

Prenant la parole, Kavy Ramano a fait ressortir que chaque année dans le monde, un million de poissons et 100 000 animaux meurent de la pollution plastique. Pour sa part, Maurice gère 70 000 tonnes de déchets plastiques par an, soit 55 kilos par personne.

Seulement 3 000 tonnes sont recyclées.  Des produits biodégradables en remplacement au plastique inondent le marché, a indiqué le ministre. Plus tard, dans une déclaration à la presse, il devait affirmer que les « petites et moyennes entreprises (PME) prennent les devants en trouvant des alternatives. Ces PMEs ont saisi la balle au bond. Elles ont su adapter leur équipement et former leur personnel pour fabriquer des produits biodégradables et des  alternatives au plastique ». Autant d’initiatives saluées par le ministre. 

Pendant son discours, il devait affirmer que 130 millions de bouteilles en PET sont produites ou importées à Maurice. 52 millions seulement sont collectés, puis réexportés pour être recyclés, malgré les mesures fiscales et autres aides pour encourager la collecte et le recyclage. Le gouvernement vient, cependant, avec plusieurs mesures comme « la responsabilité élargie des producteurs » à travers un système de consigne. Le but est d’augmenter le taux de collecte et de recyclage à 80 %. « L’atelier devrait dessiner les grandes lignes du plan national », a-t-il fait comprendre. 

Cet atelier est accompagné d’une expo-vente des alternatifs au plastique. Il se tient au Caudan Waterfront. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !