Faits Divers

Détournement de mineure, abus sexuel et extorsion : 30 mois de prison à un homme de 42 ans

Cour intermédiaire

Un homme de 42 ans a été condamné à 30 mois de prison, devant la cour intermédiaire, pour détournement de mineure, abus sexuel sur une mineure et extorsion. Il a également écopé d’une amende de Rs 30 000 pour retraits non autorisés et pour violation d’une condition attachée à sa remise en liberté.

À l’énoncé du verdict, le magistrat Raj Seebaluck  a été très critique envers cet homme de 42 ans, un habitant de Port-Louis.  Pour lui, les délits commis par l’accusé sont ignobles et honteux. De plus, la victime, dans cette affaire, était une adolescente de 15 ans. 

La cour note aussi que l’accusé est père d’un garçon et d’une fille ayant presque le même âge que la victime. Or, selon lui, l’accusé aurait dû, au contraire, protéger l’adolescente, au lieu d’agir comme il l’a fait.

Ainsi, il a infligé trente mois d’emprisonnement à l’accusé sous chacune de quatre chefs d’accusation. Notamment pour détournement de mineure, deux accusations d’avoir eu des relations sexuelles avec une mineure et pour extorsion. Il purgera les peines simultanément.

Par ailleurs, l’accusé aura à s’acquitter d’une amende de Rs 30 000 pour deux accusations de retraits bancaires non autorisés et pour violation d’une des conditions attachées à sa remise en liberté.

L’accusé avait, le 9 décembre 2017, détourné une mineure. Celle-ci, au moment des faits, était âgée de 15 ans. Ensuite, il lui était reproché d’avoir eu des rapports sexuels en deux occasions, soit en décembre 2019, avec l’adolescente. Délits commis à Pointe- aux-Piments.

«Les faits admis»

Par ailleurs, à Camp-Yoloff, Port-Louis, il avait proféré des menaces à l’adolescente en lui faisant croire qu’il s’en prendrait à sa famille si on ne lui remettait pas une somme d’argent. Ainsi, en deux occasions, soit dans la nuit du 28 février 2018,  il avait fait usage de la carte bancaire du père de la victime pour faire des retraits. Mais sa requête au guichet automatique avait été déclinée. 

Après son arrestation dans le cadre de cette affaire, il a été remis en liberté conditionnelle par le tribunal de Port-Louis. Une des conditions de sa remise en liberté, était qu’il ne devait pas prendre contact avec l’adolescente. Néanmoins, le 15 mars 2018, il a pris contact avec l’adolescente pour lui proférer des menaces et lui a réclamé une somme d’argent.

Lors de son procès, le quadragénaire avait plaidé coupable aux sept accusations retenues contre lui. Il avait aussi admis les faits dans ses dépositions produites en cour. Il a présenté des excuses à la cour. Il a soutenu qu’il ne savait pas l’âge de la victime au moment des faits. 

À l’énoncé de son verdict, le magistrat Raj Seebaluck précise que la cour ne peut pas fermer les yeux sur la nature des délits commis par l’accusé. Ceux-ci, dit-il, sont très sérieux et la cour a un devoir de protéger la société de ce genre d’individu. La cour note aussi que le quadragénaire a un casier judiciaire. Ainsi, elle a estimé qu’une peine d’emprisonnement est justifiée dans ce cas précis. Elle a ordonné que les 453 jours soient déduits à sa peine.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !