Xplik ou K

Des vacances à l’hôtel qui virent au cauchemar : le jugement de la cour l’indemnisant n’a jamais été respecté

Rajen Jugdev Il nous montre le jugement rendu en sa faveur.

Rajen Jugdev, père de famille de 58 ans, est à bout de patience. Depuis mars 2012, il attend d’être dédommagé après avoir obtenu un jugement en sa faveur. Il avait été blessé à l’hôtel La Plantation lors d’un séjour familial qui s’est transformé en catastrophe.

Les faits. Rajen Jugdev avait décidé de passer un week-end en famille à l’hôtel La Plantation. Ce samedi 20 novembre 2010, dans la soirée, le père se rend avec les membres de sa famille dans la salle-à-manger où était proposé un buffet ouvert. Il emprunte un passage qui se trouve au bord d’une piscine.

Il était loin de se douter du cauchemar qui l’attendait. En effet, l’eau de cette piscine décorative avait débordé, rendant ce passage très glissant. Rajen ne se rend pas compte du danger. Il glisse et chute lourdement. Bilan : une blessure à l’épaule et une fracture de la jambe. Le personnel de l’hôtel le transporte à l’hôpital SSRN de Pamplemousses. Il en ressort avec un plâtre au pied.

Par la suite, le quinquagénaire engage des poursuites au civil contre l’hôtel La Plantation; il lui réclamait Rs 500 000 de dédommagement en cour intermédiaire.

Un jugement a été rendu par le magistrat A. Ramdine en sa faveur, le 9 mars 2012. La cour a condamneé La Plantation à verser Rs 150 000 de dommages à Rajen Jugdev. Dans son jugement, le magistrat estimait que le plaignant avait prouvé son cas, il a donc condamné  l’hôtel à dédommager le plaignant de la somme de Rs 150 000 plus intérêts et les frais du procès.

Mais voilà, depuis six ans, Rajen attend toujours son indemnisation. Durant la même période, La Plantation est mise en liquidation. Jugement en main, Rajen est allé voir le liquidateur de l’hôtel. À son tour, ce dernier aurait discuté avec un certain Kavi Ramgoolam, comptable du groupe Appavoo, qui a promis d’étudier le dossier et de trouver une solution.

Depuis, Rajen poireaute : « Je n’ai jamais reçu les Rs 150 000 qui me sont dues et je ne sais plus vers qui me tourner pour obtenir justice».

La rédaction a sollicité un commentaire de Kavi Ramgoolam. Il nous a expliqué qu’il « ne peut rien faire à son niveau » et qu’il faut voir avec le liquidateur. Nous sommes entrés en contact avec le liquidateur. Il souligne que Rajen Jugdev devra retourner voir son avoué, car sa plainte aurait dû être logée contre la compagnie Smegh Ltd qui avait géré l’hôtel La Plantation. «La Plantation en elle-même n’est rien. Légalement parlant, Jugdev devait loger sa plainte contre Smegh Ltd, par la suite, l’assurance devrait l’indemniser. »