Economie

Des planteurs se penchent sur l’exportation des longanes

Longanes L’exploitation commerciale des longanes n’est pas aussi développée qu’à La Réunion.

Des planteurs envisagent la possibilité d’exporter des longanes à l’avenir. Le secrétaire de la Small Planters Association, Kreepalloo Sunghoon, pense que c’est un créneau porteur et parle même de l’introduction d’une nouvelle variété à Maurice, dédiée spécialement à l’exportation.

Des longanes, on en trouve sur tous les longaniers actuellement.  On laisse entendre que, s’il n’y a pas de cyclone, il pourrait se vendre à 50 sous l’unité. Vu la grande quantité de longanes, l’exportation est sérieusement envisageable.

Kreepalloo Sunghoon regrette que les longanes n’aient pas été exploités commercialement à Maurice comme c’est le cas à la Réunion. Il explique qu’on peut en faire du jus de fruits et d’autres produits de consommation.

Il explique qu’avec l’aide des autorités, les planteurs pourraient exploiter ce créneau tout comme c’est le cas avec les litchis. Toutefois, dit-il, il faudra introduire une nouvelle variété car selon lui, nos longanes locaux n’ont pas la qualité requise pour l’exportation.

Concernant les litchis, le secrétaire de la Small Planters Association déplore le fait que des producteurs de litchis n’ont pu exporter leurs produits cette année et ont subi un manque à gagner conséquent. Il explique cette situation par le fait que les litchis ont mûri plus tard que les années précédentes. Ce qui explique, dit-il, que les Malgaches et les Réunionnais ont pris cette année une avance considérable sur les producteurs mauriciens.

« D’habitude, nos litchis sont prêts vers le 15 octobre mais cette année, ils ont mûri durant la deuxième semaine de novembre. Ces trois semaines de retard ont eu une grave conséquence pour les producteurs car nos concurrents étaient sur le marché avant nous », dit-il. Il explique que, faute d’exportation, les producteurs de litchis ont été contraints d’écouler leurs produits sur le marché local.