Live News

Des Mauriciens se préparent en cas d’un reconfinement : ruée vers les supermarchés samedi soir

Depuis l’annonce des nouveaux cas locaux de Covid-19 à travers l’île, le « panic buying » a repris ses droits. Les Mauriciens ont été nombreux à envahir les supermarchés pour faire leurs achats samedi soir. Ceux que Le Dimanche/L’Hebdo a rencontrés nous ont confiés qu’ils ne voulaient pas se retrouver dans une longue file indienne après l’annonce du confinement.

Intermart de Beau-Bassin samedi soir. Le supermarché grouille de monde. Gary, un père de famille domicilié à La Tour Koenig, peine à trouver des boîtes de conserve dans les rayons. Dans son caddie, il y a un sachet de riz de 50 kg. « Je pense qu’il y aura un re-confinement. Huit cas positifs ont été recensés jusqu’ici. Ce nombre fait peur », avance-t-il. Il concède faire des achats uniquement pour ne pas se retrouver dans les longues files d’attente.

« Depuis samedi matin, nous avons constaté une hausse de clientèle. C’est rarissime, le panic buying qui semble gagner du terrain », fait comprendre une employée du supermarché. Selon notre interlocutrice, les clients achètent non seulement des denrées alimentaires de base, mais également des produits désinfectants, tels que de l’eau de chlore.

Au Super U de Belle-Rose, même scénario. Les produits placés sur les rayons trouvent preneurs très vite. Aslam, un habitant de Rose-Hill, est venu en compagnie de son fils. Ils font leurs achats : bidons d’huile, sachets de lait en poudre, pâtes en sachet ou encore friandises… Tout y est ! « J’ai voulu prendre mes précautions très tôt en achetant mes produits de consommation de base. Tout porte à croire que le pays pourrait une fois de plus être appelé à se reconfiner », dit-il.

Jocelyne, une mère de famille, était également au Super U de Belle-Rose. Elle dit avoir préféré faire ses achats avant le rush de dernière minute. « Je veux à tout prix éviter la foule », dit-elle. Son fils Harley, qui est non loin, est lui aussi d’avis que le pays pourrait être reconfiné. « C’est la raison pour laquelle nous avons préféré acheter nos denrées alimentaires tant qu’il est encore temps », estime-t-il.

Par ailleurs, un employé du supermarché confie qu’un client a même déboursé une somme de Rs 25 000 dans l’achat des denrées alimentaires. « Les clients achètent combien ils veulent. Nous n’imposons aucun quota sur les produits.  », conclut-il.

Ignace Lam, gérant des supermarchés Intermart, confirme : « Nos supermarchés sont très fréquentés depuis samedi matin. Cela sans doute suite à l’annonce des nouveaux cas locaux de Covid-19. Je confirme qu’il y a une tendance de panic buying qui a commencé et elle se fait déjà ressentir. »

Les employés du supermarché Jumbo Express Manhattan à Curepipe sont actuellement testés à la Covid-19, a annoncé la direction du magasin.

L’un des employés de SKC Surat positifs à la Covid-19 s’est récemment rendu dans ce supermarché. Ce dernier reste néanmoins ouvert. La direction du magasin précise attendre plus d’informations des autorités.


Nooreza Fawzee, directrice financière de Dream Price : « Il y a eu de longues files d’attente »

« Depuis samedi matin, nous avons eu de longues files d’attente devant tous nos supermarchés Dream Price, sans exception. Par peur de pénurie de certains produits, les clients achètent des denrées alimentaires et des produits de nécessités, y compris huile, fromage, etc. Sachant que lors du dernier confinement, le pain était un peu difficile à avoir, les clients se sont dirigés sur la farine et ont fait leurs achats jusqu’à fort tard dans la soirée. C’est vrai, le panic buying est relancé »


Yusuf Sambon, gérant des supermarchés Lolo Hyper : « Le flux des clients est continu »

« Les clients sont en train d’acheter de tout. Ils achètent plus que d’habitude depuis samedi matin. Nous avons cette tendance dans nos deux supermarchés, notamment à Morcellement-St-André et à Phoenix. D’où notre observation d’une tendance de panic buying. Nos supermarchés sont bondés et le flux des clients est continu. »

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !