Explik Ou Ka

Des factures d’électricité de Rs 48,497 impayées : un handicapé condamné à vivre dans le noir

Cyril Cyril, qui dépend uniquement de sa pension de vieillesse, ne peut pas régler sa fracture.

Cyril Vellah David, 62 ans, habite au bloc AA 08 à Résidence West Side, Richelieu. Ce père de famille avait tout pour réussir dans la vie. Une famille, un emploi et des amis, mais un accident a bouleversé à jamais sa vie. Aujourd’hui, il vit dans le noir, privé d’électricité. Il doit au CEB des arrérages de Rs 48,497.

Séparé et  père de quatre enfants, tous adultes et indépendants, Cyril, ancien maçon professionnel, gagnait bien sa vie. Il assumait son rôle de père à la perfection. Il vouait une grande passion pour le football et ne ratait jamais une occasion de monter sur le terrain.

Mais il y a 15 ans de cela, la vie de Cyril a basculé après avoir été victime d’un accident de la route. En effet, en 2004, Cyril alors âgé de 47 ans était au guidon de sa moto quand il est entré en collision avec un autre véhicule. Depuis,  il est une énième victime de la route avec des séquelles. Après sa fracture à la colonne vertébrale, il ne s’est jamais remis de ses blessures et passe le reste de ses jours dans un fauteuil roulant.

Suite à cet accident, il a bénéficié d’une maison de la NEF où il vit jusqu’à présent. Vivre sur un fauteuil roulant et avoir à dépendre des autres n’est pas chose aisée pour lui. Il nous a raconté que quand ses deux garçons habitaient avec lui, au lieu de contribuer aux dépenses, ils lui ont laissé avec une dette de Rs 48,497 comme facture du CEB. Comme ils ne travaillaient pas, il utilisait le peu d’argent de sa pension pour eux.

« La vie bien difficile pou moi. Parfoi, mo perdi courage dan mo la vie et mo meme plein avec sa la vie la. Si seleman mo ti enkor ene zhomme deboute lor mo li pied, mo pas ti pu mort dans noirete et dan mizer zordi », dit Cyril.

En décembre 2018, le CEB a déconnecté son alimentation en électricité pour factures impayées. « Kan courant ine coupe, mo deux garsons fine alle ek laisse moi tou sel dan noir », raconte Cyril qui verse des larmes en silence et dans l’obscurité. Il dort à la lueur d’une bougie. Pour manger, il compte sur la générosité de bons samaritains.

Aujourd’hui, Cyril, qui dépend uniquement de sa pension de vieillesse, ne peut pas régler le CEB. Il lance un appel de solidarité auprès des sociétés privées, des ONG ainsi que des individus pour payer ses factures d’électricité. Cyril a aussi besoin de provisions, de couvertures et des vêtements pour affronter l’hiver.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019