Actualités

Des doutes sur la proposition de la criminalisation de la richesse illicite

reza uteem et ivan collendavelloo reza uteem et ivan collendavelloo

Le 26 janvier 2018, le gouvernement a approuvé que Maurice ratifie l’African Union Convention on Preventing and Combatting Corruption. L’État a aussi désigné l’Independent Commission Against Corruption (Icac) comme agence de Maurice pour les besoins de la convention.

La ratification de Maurice sera faite sous réserve des articles 8 et 21 de la convention. L’article 8 nécessite la criminalisation de la richesse illicite. Il y a des doutes sur cette proposition. The Good Governance and Intregrity Act autorise à ordonner une saisie. Concernant l’article 21, Maurice fait déjà partie de l’United Nations Convention Against Corruption et du protocole SADC sur la corruption. Il y a une différence entre ce dernier et celui de l’Union africaine (UA). C’est ce qu’a répondu le Premier ministre adjoint à une question du député Reza Uteem du MMM.

Le député mauve a voulu savoir si le gouvernement comptait adopter l’Africa Anti-Corruption Legislation, laquelle a été préparée comme guide pour les pays africains. « Nous allons la considérer », a indiqué Ivan Collendavelloo. Le député rouge Arvin Boolell a fait comprendre à celui-ci que l’argent détourné de l’Angola peut être abordé à la prochaine réunion de l’UA.

« Ce que j’ai cru comprendre, il y a une délégation angolaise qui allait venir à Maurice et je ne peux faire de commentaires. La Financial Services Commission (FSC) a pris des décisions dans la soirée de lundi et c’est dangereux de faire des commentaires », a soutenu le Premier ministre adjoint.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !