Live News

Des créances plombent les bénéfices de SBMH

Les bénéfices après imposition de SBM Holdings ont reculé de 24 % durant les premiers neuf mois de l’année financière. Ils sont passés de Rs 1,864 à Rs 1,415 milliard.

Le groupe SBM Holdings (SBMH) attribue cette situation à une hausse de pertes de crédit sur les actifs financiers de l’ordre de Rs 1,23 milliard pour la période concernée.

Cette majoration des frais de dépréciation est due à un client business de la SBM Bank (Mauritius) Ltd dont une provision de Rs 932 millions représentant le montant total de l’encours de la créance en juin. Cela en sus des provisions faites concernant les opérations à l’étranger et de la mise en place de l’International Financial Reporting Standards 9.

Le revenu net d’intérêts est passé de Rs 3,54 milliards en 2017 à Rs 4,2 milliards. Les revenus autres que les intérêts ont augmenté par Rs 1,4 milliard, incluant Rs 1,3 milliard sur la juste valeur des actifs et passifs repris. Les frais autres que les intérêts sont passés de Rs 2,5 milliards à Rs 3,6 milliards. Cela est dû à l’élimination de l’écart d’acquisition de Rs 417 millions, des pertes opérationnelles de Rs 93 millions à la suite d’une attaque informatique en Inde et de nouvelles charges liées à l’acquisition de Chase Bank Limited du Kenya.

Le groupe estime important de souligner que les dépenses relatives à l’achat de l’Ex-Fidelity Commercial Bank Limited ont eu un effet sur neuf mois à septembre alors que pour l’année dernière, l’effet s’est limité au 10 mai au 30 septembre.

Pour le groupe, le ratio coût-revenu a été de 48,53 %, alors que le bénéfice par action a été de 54,79 pour la période se terminant à fin septembre. Les avoirs du groupe se sont élevés à Rs 227 milliards, soit une hausse de 17 % par rapport à la même période en 2017. Cette hausse est en raison de l’acquisition de l’apport partiel d’actif de Chase Bank Limited de Rs 24 milliards.

Les prêts douteux bruts s’établissaient à Rs 8,9 milliards avec ratio un montant brut des prêts douteux de 7,74 % alors que avances en retard de paiement sont de Rs 3,2 milliards, soit un coefficient de prêts douteux nets à 3,04 % à septembre.