Live News

Des adolescents accros au portable pendant la nuit

portable

Certains adolescents ne peuvent pas se passer de leur portable, surtout la nuit. Au lieu d’utiliser ce moment pour dormir, ils sont connectés. Une récente étude américaine en fait état. Qu’en est-il de nos ados ?

Être toujours connecté est le quotidien de nombreux adultes et adolescents. Les professionnels tirent la sonnette d’alarme, car cette habitude est néfaste à la santé. Le psychologue Joffrey Bodet revient sur les inconvénients de l’utilisation du portable par les enfants et les adolescents.

Inconvénients et avantages

jeffrey
Joffrey
Bodet.

Laisser les enfants ou les adolescents utiliser leur smartphone comporte plus d’inconvénients que d’avantages, explique le psychologue Joffrey Bodet du Centre Libellule et membre de la Société des professionnels en psychologie.

« Certaines personnes sont étonnées d’apprendre qu’il n’y a aucun avantage à laisser les enfants en bas âge utiliser un smartphone ou la tablette tactile. Elles pensent à tort que ces appareils technologiques développent l’intelligence. C’est faux. Jusqu’à l’âge de trois ans, il faut des interactions et des jeux avec les enfants. »

Il explique qu’à partir de trois ans, il est possible de laisser un enfant jouer sur un smartphone, mais avec une gestion stricte du temps, en l’occurrence pas plus de 30 minutes par jour. Puis, au fil des années, le nombre d’heures passées sur un écran augmentera.

À six ans, un enfant peut passer une heure par jour et dans tous les cas, il faut surveiller le contenu. Les smartphones et les tablettes tactiles ne doivent pas être diabolisés pour autant, mais il est important de poser un cadre, fait ressortir le psychologue.

Joffrey Bodet estime qu’avec les adolescents, l’utilisation du smartphone n’a pas de répercussions négatives sur leur développement, mais les parents doivent contrôler le temps et les contenus consultés.

Il faut sensibiliser les adolescents sur les contenus dangereux, notamment la pornographie et les éduquer sur les risques de harcèlement. Il est aussi important que les parents montrent le bon exemple en éteignant leur portable durant les repas ou la nuit.

« Le smartphone fait partie de l’attirail des adolescents et participe donc à un certain bien-être. Il leur permet de s’identifier. C’est donc important de gérer cela », affirme Joffrey Bodet. Cependant, selon le psychologue, il faut cesser d’utiliser le smartphone au moins une heure avant le coucher, car les écrans retardent l’endormissement.

Aucune utilité

neemalen
Neemalen Gopal.

Tous les utilisateurs de smartphone peuvent être sujets à une dépendance émotionnelle ou psychique, fait remarquer Joffrey Bodet. C’est pourquoi ce dernier insiste sur l’importance des règles et du contrôle par les parents dès le plus jeune âge, sans pour autant en interdire l’accès.

Si vous pensez que les revendeurs de smartphones encouragent les enfants et les adolescents à les utiliser pour augmenter leurs chiffres d’affaires, détrompez-vous. Neemalen Gopal, directeur de Leal Communications and Informatics (LCI) Ltd, est catégorique.

« Il n’y a aucune utilité à avoir un smartphone quand on a moins de 15 ans, car les jeunes de cet âge n’ont aucun besoin des réseaux sociaux. Ils peuvent se contenter d’un simple téléphone portable pour passer des appels et envoyer des SMS. À cet âge, ils peuvent se laisser influencer par ce qu’ils voient sur Internet, car les smartphones ouvrent la voie aux communications à risque », estime Neemalen Gopal.

Selon lui, il faut présenter le revers de la médaille aux adolescents. Il conseille aux parents qui veulent initier leurs enfants à la technologie et au codage de leur offrir des ordinateurs et des cours d’informatique.

Autodiscipline

sarvesh
Sarvesh Dosooye.

Être sans cesse connecté est devenu une obligation pour certains. Existe-t-il un moyen de désintoxication ?

Pour le psychologue Sarvesh Dosooye, « la clé pour se désintoxiquer est l’éducation. Il faut enseigner l’autodiscipline aux adolescents. Il est un être qui doit socialiser ou encore surfer sur Internet, mais le trop nuit ».

La dépendance au téléphone est comparable aux autres dépendances, comme celle à l’alcool.

« Il est important que les parents donnent le bon exemple », explique-t-il. Il insiste également sur le fait que les parents doivent prendre leurs responsabilités.

« La discipline doit être présente dans la vie et il ne faut pas abdiquer devant ses responsabilités », ajoute-t-il.

La désintoxication technologique est importante pour l’adolescent. Être trop connecté comporte des risques, car le cerveau de l’adolescent est dans une phase de développement.


Dr Ridwana Timol : «Un mauvais sommeil chronique empêche le cerveau de fonctionner de manière efficace et optimale»

ridwanaLa neuropsychologue Ridwana Timol encourage le sommeil chez l’adolescent. Elle souligne les méfaits du manque de sommeil qui compromet la croissance, l’équilibre hormonal et psychique chez l’adolescent.

Est-ce que le sommeil est important pour l’adolescent de 12 à 18 ans ?
Le sommeil est essentiel pour tout le monde. Il est responsable de réguler plusieurs aspects de la santé et de l’apprentissage. Pendant l’adolescence, la personne a besoin davantage de sommeil, car le corps subit une croissance importante qui exige beaucoup de travail et de mise en place par le cerveau. Celui-ci peut aider la personne à “grandir” pendant le sommeil ! Il aide à consolider la mémoire,  à réguler les émotions, l’appétit, le rythme cardiaque, le taux de sucre et à réparer les cellules endommagées. De plus, il génère de la créativité et régule les hormones. Tout cela se fait pendant le sommeil.

Quand parle-t-on de manque de sommeil ?
On peut dire qu’il y a manque de sommeil si la personne a du mal à se concentrer pendant la journée, si elle somnole, manque de vitalité, se sent fatiguée et irritée. En général, un sommeil trop léger, ou agité, ou trop bref (moins de huit heures pour l’adolescent et six à sept heures pour l’adulte) engendre un état de fatigue.

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil chez l’adolescent ?
Le manque de sommeil peut compromettre la croissance, l’équilibre hormonal et psychique chez l’adolescent. Cela peut aussi engendrer des problèmes d’apprentissage à l’école en affectant l’attention, le raisonnement et la mémoire.

Est-ce que le manque de sommeil est dangereux pour le bon fonctionnement du cerveau ?
Nous souffrons tous de temps en temps d’un manque de sommeil et cela fait partie des aléas de la vie moderne et ses effets sont réversibles. Cependant, mal dormir de manière chronique empêche le cerveau de fonctionner de manière efficace et optimal. C’est comme une voiture en rodage qui roule, mais n’atteint jamais son potentiel.

À long terme, le manque de sommeil affecte la santé des cellules nerveuses et peut avoir des conséquences importantes sur l’apprentissage, les pensées et les émotions.


Micro-trottoir

chayankaChayanka Chand : « J’utilise fréquemment YouTube, Instagram et WhatsApp. Comme je suis à l’école pendant la journée, ce n’est que le soir ou au petit matin que j’ai le temps pour socialiser avec mes amis, répondre aux messages et écouter de la musique. »


allyEmambaccus Mohamed Aftaab Ally : « Je passe la plupart de mon temps à jouer sur ma PlayStation 4, plutôt que sur le smartphone. Sur Netflix, je regarde des films de superhéros et des séries télévisées. Je sais que cela a un effet négatif sur ma santé. Quand je passe un peu plus de temps sur les écrans, je me sens très fatigué le lendemain. J’ai beaucoup de difficulté à me réveiller et j’ai tendance à rester au lit et à faire la grasse matinée. »


nawsheenNawsheen Ruhomutally : « Je suis accro à mon smartphone, surtout pendant la nuit. Normalement, j’utilise les réseaux sociaux pour être en contact avec mes amis, sur YouTube j’écoute de la musique, je regarde les informations en ligne et les documentaires. Quand je me réveille dans la nuit, j’ai tendance à aller sur les réseaux sociaux et involontairement, je me retrouve toujours en train de naviguer deux heures après. Quand je passe mon temps sur Internet au lieu de dormir, j’ai des maux de tête pendant la journée le lendemain, ce qui m’empêche de me concentrer. »


keshwareeKeshwaree Burthoo-Barah : « D’habitude, je laisse mon smartphone sur mon bureau ou dans le salon. Quand je passe beaucoup de temps sur mon téléphone, surtout durant la nuit, l’exposition constante de la lumière bleue émise par l’écran m’empêche d’avoir un bon sommeil. Comme cette habitude a affecté ma santé mentale dans le passé, j’ai récemment décidé d’utiliser avec modération mon smartphone. Ainsi, j’ai plus de temps à consacrer à mes études et à ma famille et je me sens aussi en bonne santé. »


« Un tiers des adolescents américains se réveillent dans la nuit pour consulter leur smartphone »

Selon une étude américaine, de plus en plus d’adolescents, mais aussi de parents, dorment avec leur smartphone à portée de main, voire directement dans leur lit. Une pratique à risque qui perturbe les bienfaits du sommeil sur la santé.

L’étude, relayée par le Wall Street Journal, a été réalisée sur un échantillon de 1 000 personnes, soit 500 adolescents âgés de 12 à 18 ans et leurs parents censés représenter la population américaine. Elle révèle d’autres chiffres troublants. 70 % des adolescents consultent par exemple leur smartphone 30 minutes avant de dormir, 40 % le font même cinq minutes avant de fermer les yeux. Une pratique jugée dangereuse pour le « fonctionnement du cerveau » par la spécialiste du sommeil et professeur à l’université Stony Brook Lauren Hale.

« Le sommeil est essentiel au fonctionnement optimal de presque tous les organes du corps. Il a un effet direct sur le cœur, le métabolisme et la cognition. C’est essentiel pour se sentir bien et être en forme », précise-t-elle. Conscients du problème, 52 % des parents estiment qu’ils sont trop dépendants de leur téléphone, un chiffre en augmentation de 23 % par rapport à la précédente étude du même type publiée en 2016.

(Source : Internet)

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !