Live News

Depuis le 23 Juillet 2021 - Réouverture des hôtels : les Mauriciens bouillants malgré l’hiver

Les Mauriciens veulent pouvoir se détendre.

Depuis le 23 juillet, hôtels, lodges, chambres d’hôtes, domaines, villas, appartements et bungalows détenant un permis d’hébergement touristique, peuvent accueillir des Mauriciens notamment. Loin d’être refroidis par la grisaille de l’hiver, ces derniers sont nombreux à sauter sur l’occasion. Des responsables d’hôtels s’expriment sur cette reprise optimiste et les créneaux les plus demandés par le tourisme local.  

Si les touristes se font timides, ce n’est certainement pas le cas des Mauriciens. Du moins, à en croire des responsables d’hôtels. Depuis la réouverture des hôtels, lodges, chambres d’hôtes, domaines, villas, appartements et bungalows détenant un permis d’hébergement touristique à la clientèle locale, ceux-ci répondent présent. Qu’importe le froid et la grisaille de l’hiver.

kunal
Kunal Ghurbhurrun, Sales and Banquet manager chez Maritim Crystals Beach Hotel.

Au Radisson Blu Mauritius, on affiche la satisfaction. Selon le directeur général, « l’hôtel a tourné à 80 % d’occupants pendant le week-end de réouverture ». Et cette tendance devrait se maintenir, se réjouit-il. « En cette deuxième semaine, les hôtels Radisson Blu sont encore une fois bien partis pour un week-end chargé. Nous nous attendons à avoir un hôtel rempli. » 

Notre interlocuteur se montre optimiste sur le moyen terme. « Le nombre de réservations pour le mois d’août indique qu’il y a un engouement de la clientèle locale, malgré le temps maussade de l’hiver. » 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette demande locale. Après des mois de privations, rythmés par des restrictions sanitaires toujours en vigueur, les Mauriciens veulent pouvoir se détendre. Et les hôtels semblent être le premier choix pour ce faire. Selon le directeur général de Radisson Blu Mauritius, l’hôtel est également très actif sur les réseaux sociaux. « Ce qui joue aussi un grand rôle auprès des Mauriciens. Les gens nous contactent de plus en plus sur messenger et Instagram, entre autres, pour réserver. »   

Il fait également part d’une autre observation. « Au début de l’année, lorsque les offres d’hôtels étaient proposées aux Mauriciens, c’était plutôt calme en semaine. Mais en cette période, nous touchons aux alentours de 30 % des Mauriciens en jours de semaine. Ce qui est quand même satisfaisant. » 

maryline
Maryline Aliphon, manager chez la Case du Pêcheur.

Qu’en est-il au niveau des forfaits demandés ? Au dire du directeur général de Radisson Blu Mauritius, les Day packages sont très populaires : « Les forfaits d’une journée qui permettent aux Mauriciens de profiter des facilités de l’hôtel et du déjeuner sont toujours très en demande. En sus, il y a une demande pour les ‘Spa Packages’ ; les Mauriciens voulant combiner des soins avec un déjeuner. » 

Il ajoute que les facilités des hôtels, comme la restauration et le bar, sont prisées par les couples et les familles. « Nous proposons également un programme alléchant, où nous mettons l’accent sur plusieurs activités lors du séjour du client. Par exemple, au Radisson Blu de Poste-Lafayette, nous organisons des groupes pour amener les gens à découvrir les alentours des hôtels, notamment Bras-d’Eau et les caves de Roches-Noires. Nous proposons aussi un Serenity Walk sur la plage », dit-il.   

Le même engouement de la clientèle locale est noté du côté de La Case du Pêcheur. « Durant le premier week-end de la réouverture, nous étions à 100 % pour les chambres », souligne la manager Maryline Aliphon. « L’établissement était fermé depuis le 9 mars dernier et ne pouvait accueillir de client. Les clients avaient hâte de sortir après quatre mois et ce n’est pas l’hiver qui les découragera », fait-elle valoir.

Chez La Case du Pêcheur, « ce sont les séjours durant le week-end qui sont les plus demandés en ce moment ». « Le service de restauration pousse également les Mauriciens à venir vers nous », poursuit Maryline Aliphon. 

Au Nord de l’île, au Maritim Crystals Beach Hotel, la réouverture a été repoussée à ce week-end, afin d’être fin prêt à accueillir la clientèle locale, dans le respect des mesures sanitaires. Kunal Ghurbhurrun, le Sales and Banquet manager, explique que les Mauriciens sont au rendez-vous. « On a dû fermer les ventes à 52 %, ce qui représente plus de 350 occupants, afin de mieux gérer la clientèle tout en respectant le nouveau protocole sanitaire. » 

Selon Kunal Ghurbhurrun, « notre clientèle principale est constituée de ceux qui attendaient impatiemment l’ouverture de l’hôtel, mais aussi de ceux qui avaient déjà réservé pendant le confinement ». Et de préciser : « les Mauriciens ont été saturés durant le confinement, l’hôtel est une escapade pour eux. De ce fait, les réservations pour les séjours durant les week-ends sont très demandées. » 

D’ailleurs, fait-il ressortir, « nous recevons toujours des demandes de réservation, mais nous devons malheureusement refuser afin de pouvoir maintenir les mesures sanitaires imposées par les autorités ».   

Ainsi, même si l’hiver bat son plein, c’est loin de refroidir les Mauriciens, qui entendent bien faire les beaux jours des hôtels.

Questions à Ajay Jhurry, président de l’Association of Tourism Operators : «Pas forcément rentable de miser sur la clientèle locale»

ajaySi les touristes sont plutôt timides dans le cadre de la première phase de réouverture, l’accent est mis sur la clientèle locale. Quel bilan en faites-vous ?   
Le bilan varie d’entreprise en entreprise. C’est un marché qui dépend de la demande et de l’offre. De ce fait, avec les grands hôtels qui peuvent prendre le marché local ainsi que les touristes pour plus de 14 jours, c’est une compétition féroce. Et évidemment, les Mauriciens se tourneront vers les offres les plus alléchantes. Tout le monde ne pourra pas s’en sortir, car les meilleures offres en termes de qualité-prix seront proposées par des hôtels avec de gros inventaires, au détriment des petits hôtels. 

Quel est, à ce jour, l’attractivité de la destination Maurice auprès des touristes qui viennent malgré la quarantaine ?     
Pour Maurice, cette réouverture est une testing stage. Premièrement, la période de juillet à fin septembre n’est pas celle pendant laquelle nous recevons le plus de touristes. En hiver, ils préfèrent se tourner vers les destinations européennes. Maintenant, ajouter une quarantaine obligatoire de 14 jours n’arrange pas les choses. Il n’y a pas de wow effect ou d’engouement spécial pour la destination Maurice.  

Est-ce rentable pour les hôtels, petits et grands, de miser sur la clientèle locale ?
Pas forcément. Parce que s’il n’y a pas le minimum en termes de taux d’occupation dans les hôtels, ils ne vont pas couvrir leurs frais. Aujourd’hui, lorsqu’un hôtel décide d’ouvrir ses portes, il y a les coûts fixes et les coûts variables, et s’ils n’arrivent pas à avoir ce taux minimum de clientèle, ils risquent de faire des pertes.

Peut-on néanmoins dire que la réouverture des hôtels est une bonne nouvelle pour les opérateurs touristiques autres que ceux du secteur de l’hébergement ?
Pas vraiment. Parce qu’il n’y a pas d’amalgame entre l’hôtel et d’autres activités. Le Mauricien va faire sa réservation d’hôtel séparément d’autres services, comme les excursions.

Êtes-vous optimiste pour la deuxième phase de réouverture, lorsqu’il n’y aura aucune restriction pour les voyageurs vaccinés ?     
Je ne pourrais pas me prononcer tant qu’il n’y aura pas de visibilité sur la stratégie qui sera mise en place par le gouvernement. Nous avons été notifiés que nous allions basculer à la deuxième phase de la réouverture des frontières mauriciennes le 1er octobre, mais nous sommes au mois d’août et nous n’avons aucun signe, quant à la stratégie de marketing notamment. J’espère que ces stratégies ne resteront pas dans le secret des dieux.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !