Live News

À D’Epinay : une femme de 84 ans ligotée par deux cambrioleurs encagoulés

La retraitée affirme que l’un de ses agresseurs a tenté de l’étouffer avec un oreiller.

Une femme habitant D’Epinay, âgée de 84 ans, a cru vivre les derniers moments de sa vie dans la nuit de vendredi à samedi. Deux hommes encagoulés ont fait irruption chez elle alors qu’elle dormait. Ils ont fait main basse sur les Rs 5 000 qui étaient dissimulées sous son oreiller.

«Monn dir li ‘beta napa touy mwa’. » Cet extrait du témoignage d’une femme de 84 ans, dont l’identité ne sera pas dévoilée pour sa sécurité, donne froid dans le dos. La retraitée, qui habite D’Epinay, a porté plainte pour vol avec violence après que deux cambrioleurs encagoulés ont fait irruption chez elle dans la nuit du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021 et emporté Rs 5 000. Une enquête a été ouverte.

L’octogénaire se rend bien compte qu’elle l’a échappé belle. Elle raconte que vendredi, elle s’est couchée tôt. Vers 20 heures, elle était déjà au lit. « Alors que je dormais, un homme encagoulé est apparu devant moi. Il a placé sa main sur ma bouche et m’a appuyé sur le lit. Il a pris mon ‘horni’ pour me ligoter les pieds », poursuit-elle.

Il a été rejoint par un autre complice, lui aussi encagoulé. La retraitée s’est mise à hurler et à les supplier de ne pas la tuer. L’un d’eux lui a lancé : « Si to kriye mo touy twa. » Elle se souvient que leurs bottes étaient remplies de boue.

Le second individu a fouillé toute la maison, tandis que son ami retenait l’octogénaire. Durant ses recherches, il est tombé sur un coffre-fort. Selon la victime, celui-ci servait à ranger les documents importants et il était fermé à clé.

« Kot lakle nani. Dir mwa kot lakle », a lancé un des hommes. L’octogénaire explique que cela fait plus de deux semaines que cette clé est perdue. « J’ai tenté de leur expliquer, mais ils ne m’ont pas crue. Celui qui était à mes côtés a pris mon oreiller et me l’a placé sur le visage. Je m’étouffais. J’avais peur. »
Elle ajoute qu’il a continué d’insister, déterminé à obtenir cette clé. « Monn dir li ‘beta pran lakaz, later, me napa touy mwa’. » C’est la dernière chose dont se souvient la retraitée puisque pendant qu’elle les suppliait, elle a fini par perdre connaissance.

« Pa kone ki ler zot finn ale. » Ce n’est que vers 3 heures samedi qu’elle s’est réveillée. « Monn desann lor lili kat pat ziska laport. Monn kriye kriye, me personn pa finn tann mwa », raconte-t-elle.

Affaiblie par la nuit effroyable qu’elle venait de vivre, elle s’est endormie devant la porte d’entrée de sa maison. C’est le marchand de pain qui lui a porté secours alors qu’il faisait sa tournée matinale. « Marsan la finn ed mwa e linn telefonn lapolis », indique la retraitée.

La police de Montagne-Longue, la brigade criminelle, le Scene of Crime Office et la Police Dog Section ont passé la maison au peigne fin. Ils ont fait des prélèvements pour les besoins de l’enquête. « C’est alors que je me suis rendu compte qu’ils avaient volé les Rs 5 000 que j’avais cachées sous mon oreiller », confie l’octogénaire.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !