Live News

Démission d’Ameenah Gurib-Fakim : ce qu’en pensent les observateurs politiques

Jean claude de l éstrac, dharam gokhool et jocelyn chan low Jean claude de l éstrac, dharam gokhool et jocelyn chan low

Ce n’est plus un secret pour personne : La présidente de la République démissionne le 23 mars.

Réagissant à cette annonce, le ministre mentor a lâché, dimanche 18 mars : « Tou finn terminn tre bien… Tou korek… » Mais la fin de cette crise au sommet de l’Etat signifie-t-elle la fin du scandale entourant l’homme d’affaires controversé Alvaro Sobrinho ? Des observateurs politiques nous donnent leur avis à ce sujet.

L’ancien secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, Jean Claude de l’Estrac, estime que l’ampleur internationale qu’à prise cette polémique doit se régler par une commission d’enquête : « Cela va permettre au pays de voir plus clair dans cette affaire. C’est encore plus important car cela a fait la Une dans plusieurs journaux de la presse internationale ».

Pour l’ancien ministre de l’Education Dharam Gokhool, cette affaire ne doit pas s’arrêter à la démission de la présidente. Il parle même de consensus sur le plan national. « L’affaire n’est pas close. Le gouvernement ne peut faire autrement qu’instituer une commission d’enquête », affirme-t-il.

Tout est une question de transparence envers le peuple mauricien, estime pour sa part l’ancien chargé de cours en sciences politiques, Jocelyn Chan Low. « Le Premier ministre a dit qu’il a des charges accablantes contre la présidente qu’il va révéler. Et selon certains, cette dernière aurait des éléments contre le gouvernement. Elle doit venir de l’avant pour qu’il y ait plus de transparence», lance-t-il.

Si les intervenants sont unanimes à dire qu’une commission d’enquête doit être instituée, le Premier ministre Pravind Jugnauth, lui, a une tout autre opinion. En effet, durant le week-end, il a indiqué qu’il faut d’abord lui présenter des éléments concrets pour qu’il songe à mettre sur pied une telle commission.

  • Made for more