Live News

Demande remise en liberté : Aryan Khan fixé sur son sort ce mercredi

Les fans de SRK se sont postés aux abords du tribunal, mardi, brandissant des posters de leur idole et de son fils. « Vous être notre famille… Nous sommes à vos côtés. Soyez fort… », pouvait-on lire sur une des affiches.

La Haute Cour de Bombay qui entendait mardi la motion de remise en liberté sous caution du fils de la superstar de Bollywood Shah Rukh Khan a ajourné l’audience à ce mercredi. Celle-ci reprendra vers 14 h 30, heure indienne. 

Aryan Khan a passé une nuit supplémentaire en prison. En effet, l’audience sur la motion de remise en liberté sous caution du jeune homme de 23 ans a été ajournée mardi.  La Haute cour de Bombay devrait annoncer sa décision ce mercredi.

Dans sa demande de libération sous caution présentée devant la Haute Cour de Bombay, mardi, le fils de Shah Rukh Khan a affirmé qu’il n’était en aucune façon impliqué dans le trafic de drogue. Il a soutenu avoir été accusé à tort. Aryan Khan, qui est détenu depuis son arrestation le 3 octobre a de plus fait valoir qu'aucun stupéfiant n'avait été saisi sur lui et qu'il n'y avait aucune preuve suggérant qu'il avait consommé de la drogue.

Il a également soutenu que les 6 g de « charas » saisis sur son ami Arbaaz Merchant étaient destinés à être consommés. Il fait ressortir qu’étant donné qu'il s'agissait d'une petite quantité, l'infraction ne peut entraîner qu'une peine maximale d'un an de prison ou une amende. Par conséquent, il devrait, a-t-il plaidé, être libéré sous caution.

De plus, dans la motion, il est souligné qu'il n'y a « rien dans le dossier suggérant qu'Aryan Khan était lié à la vente, à l'achat ou au trafic de stupéfiants ou de substances psychotropes ».

Aryan Khan a saisi la Haute Cour après qu'un tribunal spécial a rejeté le 20 octobre sa demande de libération sous caution, citant des éléments prima facie indiquant qu' « il était en contact avec des personnes impliquées dans le trafic de drogue ».

Aryan Khan, Merchant et le mannequin Munmun Dhamech ont été arrêtés au début du mois. Le juge spécial VV Patil avait rejeté l'argument d'Aryan Khan selon lequel rien n'avait été trouvé en sa possession et qu'il n'y avait aucun élément permettant de le relier à d'autres accusés auprès desquels des drogues avaient été saisies. Le tribunal spécial a accepté l'argument du Narcotics Control Bureau (BCB) selon lequel l'accusé faisait partie d'un réseau de drogue. L’agence a également mis en avant que des discussions WhatsApp d'Aryan Khan ont montré qu'il était en contact avec un ressortissant étranger et un inconnu qui vendait de la drogue.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !