Faits Divers

Délits de drogue : Sharris Sumputh et sa petite amie plaident non coupable

Sharris Sumputh Sharris Nath Sumputh réclame la liberté conditionnelle devant la cour intermédiaire.

Le directeur de la compagnie Illusion Disco Ltd, Sharris Nath Sumputh, et sa petite amie, Emilie Karen Kolandavaloochetty, font face à deux accusations formelles de possession de drogue en vue d’en revendre. Ils ont plaidé non coupable, le mardi 6 août 2019, devant la cour intermédiaire. D’autre part, la motion de remise en liberté conditionnelle du couple sera débattue le 22 août 2019.

Sharris Nath Sumputh et sa petite amie, Emilie Karen Kolandavaloochetty, sont poursuivis devant la cour intermédiaire pour possession de haschich et de LSD en vue d’en revendre. Deux accusations formelles sont retenues contre le couple. Ils se sont présentés, devant la magistrate Niroshini Ramsoondar. Ils ont plaidé non coupable après la lecture de l’acte d’accusation. Leur procès sera pris sur le fond le 7 octobre 2019. Cinq témoins ont été assignés dans ce procès. 

Sharris Nath Sumputh est défendu par Mes Ritesh Sumputh et Sunil Ghoorah, tandis qu’Emilie Karen Kolandavaloochetty est défendue par Me Sanjeev Teeluckdharry. 

D’autre part, le couple s’est présenté mardi devant le magistrat Raj Seebaluck dans le sillage de sa motion de remise en liberté conditionnelle. Les débats sur leur demande sont prévus le 22 août 2019. 

C’est le 4 juillet 2019 que le Directeur des poursuites publiques a instruit un procès formel en cour intermédiaire contre Sharris Nath Sumputh, 41 ans, directeur de la compagnie Illusion Disco Ltd, et sa petite amie, Emilie Karen Kolandavaloochetty, 25 ans, assistante directrice de la discothèque Xindix Nite Club.

Sharris Nath Sumputh a été arrêté le 4 septembre 2018 à la suite d’une perquisition effectuée par les officiers de la brigade anti-drogue à son domicile, à Curepipe. 6,7 grammes de haschich et 42,8 grammes de LSD avaient été retrouvés lors de cette opération policière. Les deux conjoints sont actuellement en détention préventive. Le haschich était dissimulé dans un cylindre en métal, tandis que le LSD était dans des sachets en aluminium.

Liberté conditionnelle déjà refusée

Pour rappel, Sharris Nath Sumputh avait déjà formulé une demande de remise en liberté devant la Bail and Remand Court (BRC).  Le 30 mai 2019, cette instance avait refusé d’accorder la remise en liberté sous caution au propriétaire du Xindix Nite Club. 

La police avait objecté à sa remise en liberté en avançant que le prévenu risque de s’enfuir ou encore de récidiver s’il est relâché. Cependant, la BRC avait imposé un ultimatum aux autorités. Elle a ainsi ordonné que le prévenu soit remis en liberté sous caution si aucune accusation formelle n’est logée contre lui au 29 août 2019.

Sharris Nath Sumputh n’est pas à sa première arrestation. Il avait déjà été interpellé en février 2018 pour possession de cinq grammes de haschich et des comprimés de Tramadol, entre autres. Une somme de Rs 150 000 avait également été saisie. Dans le cadre de cette affaire, il avait obtenu la liberté conditionnelle après avoir passé huit jours en détention policière.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !