Live News

Délimitations équitables : l’Electoral Boundaries Commission sur les devants de la scène

Réduire la disparité entre les circonscriptions. Réduire la disparité entre les circonscriptions.

Le PMSD va réclamer un redécoupage des circonscriptions pour plus d’équité devant la commission ce lundi  alors que Rama Sithanen a été appelé pour être consulté par les membres de cette instance. 

Le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) n’en démord pas : il persiste à faire le lien entre réforme électorale et redécoupage des circonscriptions. C’est armé de tout un dossier, chiffres à l’appui, que ce parti se rend ce lundi devant l’Electoral Boundaries Commission (EBC) pour réclamer un redécoupage des circonscriptions afin d’aboutir à des délimitations plus équitables. L’EBC doit soumettre son rapport décennal début 2019. Le porte-parole du parti, Kushal Lobine, explique la démarche : « Normalement, toutes les parties concernées ont le droit de faire cet exercice sous la Constitution. Indépendamment de la réforme, nous demandons à l’EBC d’assumer ses responsabilités par rapport à la section 39 de la Constitution qui demande un fair and adequate representation dans notre système électoral. »

L’argument principal du PMSD, selon l’avocat, c’est que le rapport Banwell a transformé 40 circonscriptions en 20 et que l’exercice est à la base de la réforme électorale de l’époque et de l’introduction du Best Loser System (BLS). « Nous disons qu’une réforme électorale doit être totale, dit Kushal Lobine, comme celle de Banwell, il faut un rapport complet. Il faut revoir tout dès la base, à savoir les délimitations des circonscriptions. » Le parti, dit-il,  ira devant l’EBC, chiffres à l’appui. À titre d’exemple, la circonscription No. 14 compte un peu moins de 65 000 électeurs, alors que la circonscription voisine du No. 13, en compte moins de 40 000. La circonscription No 3.  ne compte que 20 000 électeurs contre les 65 000 de la circonscription No. 5. « Il ne peut y avoir de disparité de 300 % entre deux circonscriptions. Dans toutes les grandes démocraties au monde, la différence est de plus ou moins 10 %. »

Le PMSD relève que Baie-du-Tombeau fait partie du No. 5, où les votes sont dilués parmi les 65 000 électeurs, alors que cette région devrait faire partie du No. 3. Il y a aussi l’exemple de Résidence Kennedy, qui tombe sous l’administration de la ville de Quatre-Bornes mais fait partie de la circonscription No. 14 au lieu du No 18, Belle-Rose\Quatre-Bornes. Le PMSD estime qu’il y a ici aussi une dilution de votes. Écroignard qui, géographiquement devrait faire partie de la circonscription No. 9 se retrouve dans le No. 10, grâce à une pirouette.

Même si l’EBC prend en considération les demandes du PMSD, le rapport doit être adopté in toto par l’Assemblée nationale. Ce qui n’est jamais arrivé. « S’il n’y a pas d’avancées sur le sujet, nous envisageons un constitutional case et même d’avoir recours au Privy Council », prévient Kushal Lobine.


L’EBC fait appel à Rama Sithanen

Rama Sithanen a été appelé en renfort par l’Electoral Boundaries Commission (EBC). Ce dernier se rendra dans les locaux de la commission ce lundi après-midi afin d’écouter ce que ses membres ont à dire. « Je suppose qu’ils veulent connaître mon point de vue, dit Rama Sithanen au Défi Quotidien, j’ai consacré une bonne partie de ma thèse de doctorat sur la manière dont le découpage des circonscriptions a été fait dans les années 50 et les années 60. Je réponds à leur appel par courtoisie. » L’ancien ministre des Finances précise que son intervention devant l’EBC n’a rien à voir avec la réforme électorale et que les deux dossiers ne sont pas liés.

Paul Bérenger : «Pas de réforme électorale tant que SAJ et son fils seront là»

Paul Bérenger a une nouvelle fois jeté aux oubliettes la proposition de réforme électorale présentée vendredi par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Il s’exprimait, dimanche, lors du congrès anniversaire du Mouvement militant mauricien (MMM) au Plaza, critiquant la proposition. Alors que son parti célébrait ses 49 ans d’existence, Paul Bérenger est revenu sur le sujet du jour à la mi-journée lors de son discours de circonstance. Il a notamment répété que le MMM ne voterait pas pour le projet de loi et l’a qualifié de « non-starter ».« Ce que le MSM et le ML proposent, relève du galimatias, a-t-il déclaré. Il y aura 6 ou 10 sièges additionnels qui seront choisis par les leaders après les élections. C’est inacceptable et révoltant. La vérité, c’est qu’il n’y aura pas de réforme électorale tant que SAJ et son fils seront là. » Pour le leader des mauves, le pays serait dans la « dernière ligne droite pour les élections générales ». Le MMM a bâti sa campagne autour du slogan « pour un sursaut moral et politique ».