Xplik ou K

Défiguré après un accident de la route : il perd son bras droit et accuse l’hôpital de négligence

Ally Asgar K La photo de Ally Asgar.K avant l’accident. Celle après l’accident.

13 juillet 2018. Route Militaire, Port-Louis, vers 14h00. Ally Asgar K. est heurté de plein fouet par un véhicule. Le chauffeur ne s’arrête pas ni ne rapporte le cas à la police. La victime, un jeune homme de 23 ans, est défigurée. Elle perdra aussi l’usage d’un bras. 

Ally Asgar K. habite rue Paul Toureau, Port-Louis. Il est marié et est père d’un enfant. Sa mère vit avec lui. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il travaille comme cuisinier dans un snack. Il se rendait à la mosquée de la rue Large quand l’accident s’est produit. « Je me rendais à la prière du vendredi. C’est lorsque j’ai traversé la route qu’une voiture m’a percuté. Je ne sais pas ce qui s’est passé par la suite, car j’ai perdu connaissance. Je me suis réveillé à l’Intensive Care Unit huit jours après. Mon visage était couvert de bandages. Je ne savais pas pourquoi j’étais là. Je ne comprenais rien, car je ne me souvenais de rien. Ce n’est qu’un mois et demi après que j’ai commencé à retrouver la mémoire », raconte le jeune homme.

Sa femme montre sur son téléphone portable une photo de son mari avant l’accident. « Voyez ce que l’accident lui a fait. De plus, mon mari souffre beaucoup. Son médecin traitant à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo aurait dû lui poser trois vis dans son bras gauche, mais seulement deux ont été mises », dit-elle.

main
Le jeune homme montrant l’état de son bras gauche.

Les douleurs insupportables et l’état du bras gauche d’Ally lui forcent à se rendre dans une clinique privée. « J’avais des douleurs partout et j’ai vu un os sortir d’un côté. Cela m’a effrayé. Je suis parti faire une radio dans un centre privé. Le médecin m’a expliqué qu’il y avait trois fractures et que deux vis seulement au lieu de trois ont été placées dans mon bras. Il m’a dit que l’os n’a pas eu le traitement nécessaire, c’est la raison pour laquelle il a transpercé mon bras », raconte-t-il.

« Je n’arrive plus à utiliser mon bras gauche. Je ne peux rester comme cela éternellement. Pour moi, mon médecin traitant à l’hôpital a mal fait son travail », déplore Ally en montrant les images du X-Ray. « Je veux aller de l’avant avec cette affaire, car on ne peut prendre à la légère une intervention chirurgicale. Je souffre énormément de mon bras. C’est devenu trop facile pour les médecins de commettre des erreurs. Et on n’entend jamais parler de sanctions prises contre des médecins négligents », soutient le jeune homme.

Pour un meilleur diagnostic, Ally est allé consulter un autre spécialiste réputé du privé. « Il m’a expliqué que la troisième vis aurait dû être placée impérativement. Il m’a remis son rapport médical et m’a demandé de faire un MRI », dit-il. Un e-mail a été envoyé à propos de cette affaire à Jameer Yeadally, l’attaché de presse du ministère de la Santé, depuis le 8 octobre 2018. On lui a aussi téléphoné à plusieurs reprises. Malheureusement, il n’a pas répondu à nos appels.

Le 16 octobre 2018, Ally a déposé une plainte auprès du surintendant de l’hôpital Dr A. G.  Jeetoo contre son médecin traitant.


La pension d’invalidité approuvée

Ally Asgar K. a reçu un document de son médecin traitant pour qu’il puisse obtenir une pension d’invalidité. « Ma femme a fait les démarches nécessaires et, le 27 septembre dernier, je me suis présenté devant le tribunal médical à la Sécurité sociale. Je n’ai reçu aucun retour de leur part (ndlr : 4 octobre 2018). Je n’arrive plus à travailler alors que je suis le seul à subvenir aux besoins de ma famille. En plus, avec le nouveau-né, les dépenses ont augmenté », explique-t-il.

Nous avons pris contact avec Thakoorparsad Bhoyroo, l’assistant-commissaire à la Sécurité sociale, concernant la demande du jeune homme. Il nous a informés que la pension d’invalidité a été validée. « Il recevra une somme de Rs 5 600 », a-t-il confirmé.


L’identité de la conductrice enregistrée au poste de police de Plaine-Verte

« Je me suis rendu au poste de police de la localité le 14 octobre afin de connaître l’identité de celle qui était au volant de la voiture, mais on a refusé de me la dévoiler », révèle Ally Asgar K. La rédaction a pris contact avec le Police Press Office (PPO) et on nous a informés qu’effectivement une déposition officielle a été enregistrée le 13 juillet 2018 au poste de police de Plaine-Verte.

« L’identité de la conductrice n’a pas été dévoilée pour des raisons de sécurité. Mais, si la victime veut loger un ‘civil case’, elle doit écrire au Commissaire de police en expliquant sa demande officiellement. Par la suite, l’identité de la personne lui sera dévoilée. Les ‘statements’ des deux parties ont aussi été enregistrées. L’enquêteur compile le dossier afin de l’envoyer au tribunal », a expliqué l’officier du PPO.

Un arrangement a été fait de la part du PPO pour qu’Ally puisse rencontrer l’officier en charge au poste de police de Plaine-Verte pour avoir plus de détails.