Législatives 2019

Décryptage : qui sera le champion des promesses ?

Les promesses pleuvent durant cette campagne électorale. Pravind Jugnauth, de l’Alliance Morisien (MSM-ML), continue de les égrener jour après jour. Elles pourraient se multiplier la semaine prochaine lorsque l’Alliance Nationale (PTr-PMSD) rendra public son manifeste électoral. Lequel sera, selon des membres du « Think Tank », fécond en mesures populaires destinées notamment à ceux au bas de l’échelle, aux personnes âgées ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises. 

En somme, on peut s’attendre à une course effrénée aux promesses. Elles sont les bienvenues tant qu’elles sont raisonnables, réalisables et sans conséquences néfastes sur l’économie du pays. 

Il y a un proverbe qui dit : « Il est aisé de faire des promesses, mais difficile de les tenir. » Les gouvernements qui se sont succédé n’ont pu tenir nombre de promesses qu’ils avaient faites dans des discours, dans des manifestes électoraux et dans leur discours-programme. Il faut se méfier car, comme dit l’adage, « les promesses de la nuit sont faites de beurre et fondent au soleil », (surtout celles faites lors des congrès ou réunions politiques). 

D’ailleurs, le MMM, selon son leader Paul Bérenger, préfère se mettre en retrait. « Alors que Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam se livrent à une course de promesses, le MMM a décidé de ne pas s’adonner à la surenchère et à la démagogie. Nous nous concentrons sur 20 mesures prioritaires », a-t-il affirmé lors d’un point de presse le mercredi 16 octobre 2019.

La course aux promesses est déjà bien lancée entre l’Alliance Morisien et l’Alliance Nationale. Leur cheval de bataille : une hausse de la pension de vieillesse. Après que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a annoncé qu’il l’augmenterait, la faisant passer graduellement à Rs 13 500 durant un prochain mandat, Navin Ramgoolam a, la semaine dernière, promis une hausse dès décembre 2019. 

«Bribe» électoral ou non, la course aux promesses, aussi longtemps qu’elle est saine, a un côté positif. Lorsqu’elles sont tenues, elles aident à améliorer la qualité de vie de beaucoup de Mauriciens, surtout celle des sans-voix…

Le Premier ministre, qui s’ingénie à neutraliser la promesse du leader du PTr, a fait une surenchère. Il a annoncé une hausse allant jusqu’à Rs 9 000 en décembre 2019, alors qu’au départ le gouvernement sortant envisageait d’appliquer cette augmentation à partir de janvier 2020, comme indiqué la semaine d’avant par le Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo. Ouvrons une parenthèse pour rappeler que le Reform Party de Roshi Bhadain a lui aussi promis une hausse du montant de la pension de vieillesse, la faisant passer à Rs 10 000 pour tous ceux ayant 65 ans ou plus dès janvier 2020 en cas de victoire.

« Bribe » électoral ou non, la course aux promesses, aussi longtemps qu’elle est saine, a un côté positif. Lorsqu’elles sont tenues, elles aident à améliorer la qualité de vie de beaucoup de Mauriciens, surtout celle des sans-voix, en l’occurrence ceux au bas de l’échelle, les personnes âgées, les veuves et les personnes porteuses d’un handicap. Ou encore, ces gens dont les demandes et récriminations tombent très souvent dans l’oreille d’un sourd. 

Or, l’augmentation du montant de la pension de vieillesse et d’autres allocations sociales est loin de trouver grâce aux yeux de tous. Elle offusque notamment des professionnels qui brandissent le spectre du naufrage en raison du vieillissement de la population. Ils sont convaincus que cette hausse, qui se chiffrera à Rs 20 milliards, pèsera trop lourd dans le budget de l’État. 

Mais s’il y a une chose dont ils ne se rendent pas compte, c’est que cette augmentation améliore la vie de la grosse majorité des bénéficiaires. Les détracteurs font la moue face aux milliards de roupies de concessions que le gros capital négocie avec succès. 

Il n’y a donc pas lieu de diaboliser les promesses réalisables tant qu’elles profitent à la population. Entre Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam, c’est celui qui améliorera la qualité de vie des citadins qui sera sans conteste le champion des promesses. Ce ne sera certainement pas celui qui annoncera une pléthore de mesures populaires dont la majorité est irréalisable. D’ailleurs, les Nations unies ont identifié l’amélioration de la qualité de vie des individus comme le principe devant guider l’intégration des politiques économiques et sociales.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !