Législatives 2019

Décryptage : le tonnerre et la foudre

« Mo finn mal exprim mwa », dit Navin Ramgoolam à propos de Safe City. Paul Bérenger seul devant l’électorat. Pravind Jugnauth face à de nouvelles allégations de conflits d’intérêts.

Importantes sorties dominicales pour les trois concurrents au poste de Premier ministre. Si le discours du leader du MMM, Paul Bérenger, était succinct, ceux de des leaders de l’Alliance Morisien (MSM-ML), Pravind Jugnauth et de l’Alliance Nationale (PTr-PMSD), Navin Ramgoolam étaient électriques.

Entre Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam, c’est du tac au tac. Commençons par la bourde du leader de l’Alliance Nationale lors de sa première sortie, vendredi, à Flacq, en annonçant qu’il enlèvera toutes les caméras de Safe City une fois au pouvoir. C’est du pain béni pour son adversaire directe, Pravind Jugnauth, qui a pris un malin plaisir de lui taquiner en lançant « bandit ki bizin tracasser », « est ce ki li pe peur pou sa banne virer nocturne. » Dimanche, Navin Ramgoolam a dû apporter une précision : « Mo fine mal exprime moi. Mo pas ena aucaine problème avec caméra de sécurité. Mais mo dire non à caméra ki pou espionne la population. » Au sujet la deuxième bourde de Navin Ramgoolam concernant sa proposition de promotion des constables de police au poste de sergent après cinq ans de service, Pravind Jugnauth lui a tourné en dérision : « Si applique sa, pou népli ena sergent. Li pas possible sa ? » À coup sûr, le populisme est un couteau à double tranchant.

Le leader de l’Alliance Morisien n’a pas ménagé, une nouvelle fois, Rama Sithanen, en utilisant des diminutifs à son égard. Pravind Jugnauth lui reproche d’avoir « vampirisé » la population à travers des taxes, l’enlèvement des facilités, et le droit au patronat de « hire and fire » les travailleurs sans compensation. Mais, dimanche, le leader de l’Alliance Nationale est venu à la rescousse de son ancien ministre des Finances. « Si pas ti ena Rama Sithanen comme ministre des Finances pendant période de recession ti pou ena gros problème. Nou fine réussi sauve l’économie », a-t-il déclaré.

L’autre face de la médaille. Au sujet du combat contre la drogue, à chaque sortie, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’enorgueillit des résultats escomptés et le courage du gouvernement d’instituer une commission d’enquête. Or, Navin Ramgoolam prend la perche au rebond pour rappeler le nombre de parlementaires et de personnes dans le giron du pouvoir qui ont été mis à l’index par l’ancien juge Paul Lam Shang Lim. Il rouvre la cicatrice en évoquant les allégations de Peroumal Veeren contre le chef du gouvernement.

Après que grondent ces tonnerres, Navin Ramgoolam a annoncé que la foudre s’abattra une fois qu’il est au pouvoir. Il a lancé une sévère mise en garde contre tous ceux qui ont comploté pour anéantir l’empire BAI, contre le Gouverneur de la Banque de Maurice, Yandraduth Googoolye, contre l’Attorney General sortant, Maneesh Gobin et contre l’ancien vice-Premier ministre Showkutally Soodhun entre autres. Le leader de l’Alliance Nationale prévient au patron de l’empire des jeux, Michel Lee Shing : « Il récolte du jackpot avec ce gouvernement qui avait promis de s’en finir avec la société ‘zougadere’. Il n’a qu’à attendre la semaine prochaine. » De plus, il insiste sur la nécessité de tirer au clair le rôle joué par le Premier ministre et bon beau-frère, Sanjiv Ramdanee autour de la réalisation du film Serenity. C’est une scène de retour de revers entre ces deux leaders.

En somme, on doit s’attendre à l’intensification des coups et des ripostes entre ces trois leaders au fil de la campagne. Qu’ils ne se dérapent pas dangereusement !

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !