Live News

Découpage électoral : «Un recensement ethnique fera reculer le pays», prévient Sithanen

Rama Sithanen a soumis ses propositions à l'Electoral Boundaries Commission ce lundi après-midi 24 septembre.

L'expert en systèmes électoraux affirme  qu’il est nécessaire de revoir la délimitation des circonscriptions pour apporter plus d'équilibre en termes de votants. 

Cependant, il affirme qu'il «ne suffit pas de prendre le nombre de votants du pays et de le diviser par 20».  Ce faisant, dit-il, il y a un risque de sous-représentation de certaines composantes de la population mauricienne. 

Rama Sithanen a fait comprendre que le redécoupage ne doit pas créer des «unintended consequences» et des dommages collatéraux. Selon lui, il y a une différence entre une représentativité équitable et le communalisme scientifique. Il s’est farouchement opposé à toute connotation communale dans une réforme. C’est pour cette raison, dit-il, qu’il est contre un recensement ethnique dans l’exercice de révision des circonscriptions. Un tel recensement, dit-il, nous fera reculer.« S’il faut recenser les gens de cette façon, cela divisera le pays », a-t-il prévenu. 

Une des propositions de Rama Sithanen sur le redécoupage électoral est de «redistribuer une partie des votants de certaines circonscriptions dans d’autres».  Par exemple, il propose qu'une partie des électeurs de la circonscription numéro 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière) soient transférés au numéro 1 (Port-Louis-Nord/Grande-Rivière-Nord-Ouest) et qu'une partie des électeurs de Vallée-des-Prêtres soient transférés au numéro 3 (Port-Louis-Est-Port-Maritime). Il suggère aussi de redistribuer les électeurs de la circonscription no 14 (Savanne/Rivière-Noire) entre les circonscriptions numéros 13 (Souillac/Rivières-des-Anguilles) et 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes), entre autres.

L’Electoral Boundaries Commission invite les leaders des partis politiques à soumettre leurs propositions pour un redécoupage des circonscriptions.  Yusuf Aboobakar, chairman de la Commission, explique que celle-ci a un délai de trois mois pour écouter toutes les propositions.