Live News

Déchets ménagers : un cartel autour d’un business de Rs 1,5 milliard

chaumiere Le gestion des déchets et des dépotoirs est un business qui vaut plus d'un milliard de roupies.

Le Central Procurement Board a contacté la Competition Commission en début de semaine. Un petit groupe de compagnies, dont Maxi Clean et Atics, est soupçonné de collusion pour se partager les contrats de collecte de déchets ménagers et de gestion des dépotoirs. Un business dans lequel l’État injecte Rs 1,5 Md par année.

La gestion des déchets ménagers est un business annuel de Rs 1,5 milliard qu’un petit groupe de compagnies se partagerait. C’est ce que soupçonne fortement le Central Procurement Board (CPB) qui a contacté la Competition Commission en début de semaine pour lui demander de manière informelle d’ouvrir une enquête sur une possible collusion entre les compagnies impliquées dans le secteur. Maxiclean et Atics sont particulièrement visées. Le fait que les mêmes entreprises se partagent à tour de rôle les contrats pour la collecte de déchets ou la gestion des dépotoirs a retenu l’attention du CPB.

C’est en vertu d’un accord signé entre le CPB et la Competition Commission l’an passé que les deux institutions partagent des informations sur les cas potentiels de collusion et de cartel. En début de semaine, ce sont les contrats accordés par les collectivités locales et le ministère de tutelle pour la collecte de déchets ménagers et le transfert des déchets des dépotoirs vers le site d’enfouissement de Mare-Chicose qui ont été référés à la Commission. Les compagnies Maxiclean et Atics sont particulièrement visées. Selon nos informations, cette instance est en pleine phase de collecte de données avant de décider de lancer une éventuelle enquête.

Cercle restreint

Si le site du ministère de l’Environnement affiche une liste de 14 firmes enregistrées pour la collecte des déchets, un coup d’œil aux contrats alloués récemment indique qu’un cercle restreint d’entreprises participe aux appels d’offres.

Le contrat de gestion du dépotoir de Poudre-d’Or est alloué le 20 octobre 2017. Maxi Clean, Atics et la Compagnie Régionale de Services et de l’Environnement (CRSE) sont les soumissionnaires. Maxi Clean décroche le contrat de 36 mois d’une valeur de Rs 179,7 millions pour transporter 250 à 300 tonnes de déchets par jour. Les mêmes noms reviennent en boucle sur plusieurs contrats.

Le 23 décembre 2016, pour le même dépotoir, on retrouve le même trio, plus Sotravic. C’est une nouvelle fois Maxi Clean qui décroche le contrat sur neuf mois pour Rs 54 millions. Si on remonte plus loin, en 2015, on retrouve le trio Maxi Clean, Atics et CRSE, avec Interwaste qui remplace Sotravic. Maxi Clean décroche le contrat de six mois pour Rs 28,7 millions.

Les mêmes acteurs participent aux appels d’offres pour les autres dépotoirs. Pour celui de La Laura, on change de gagnant : CRSE remporte la mise pour Rs 96,6 millions sur 36 mois en août 2016. Maxi Clean, Atics, Inter Waste et Sotravic y ont également participé.

Pour le dépotoir de La Brasserie, Sotravic qui remporte un contrat de Rs 82,5 millions le 27 juin 2016 pour le transit quotidien de 220 à 250 tonnes de déchets. Les autres participants : Inter Waste, CRSE, Sotravic, Maxi Clean et Atics.

Rs 38 M de profits pour Atics et Maxi Clean : Les derniers chiffres disponibles pour Maxi Clean et Atics indiquent que c’est Maxi Clean qui s’en sort le mieux. Au 30 juin 2017, la compagnie affichait un chiffre d’affaires de Rs 252 millions et des profits de Rs 34,5 millions. Du côté d’Atics, le chiffre d’affaires est de Rs 198,9 millions avec des profits de Rs 4,2 millions.

Pour la collecte des déchets dans les Collectivités locales, les informations disponibles indiquent que certains de ces mêmes noms reviennent. C’est le cas pour Maxi Clean qui décroche le contrat pour le Conseil de district de Rivière-du-Rempart le 9 décembre 2016. La firme remporte le lot 1 d’une valeur de Rs 48,9 millions et le lot 2 valant Rs 28,3 millions.

Idem au Conseil de district de Pamplemousses : Maxi Clean remporte les deux lots pour Rs 20,7 millions et Rs 5,4 millions. Des contrats alloués le 1er novembre 2017 et le 1e janvier 2018 respectivement. L’habituelle Atics figure parmi les soumissionnaires malheureux, mais on retrouve aussi la firme Norba Nettoyage. Cette entreprise a d’ailleurs décroché le contrat pour la municipalité de Port-Louis en octobre 2017 pour Rs 12,6 millions.

Gestion des déchets

La majorité des 14 compagnies figurant sur le site de l’Environnement ne participe en fait jamais aux appels d’offres. Le CPB a tenté de mettre fin à ce club de privilégiés, l’an dernier, pour le contrat du dépotoir de Roche-Bois en changeant les conditions : une compagnie avec de l’expérience en logistique pouvait décrocher le contrat de gestion à condition d’avoir un gérant ayant une expérience dans la gestion d’un dépotoir. Auparavant, il fallait impérativement avoir de l’expérience dans la gestion des déchets, ce qui verrouillait l’accès aux autres soumissionnaires.

Ce qui a permis à un intrus de se glisser dans le secteur pour la première fois : Square Deal Multi-Purpose Cooperative Society, une compagnie de construction, avait décroché le contrat de Rs 164 millions. Atics, Maxi Clean, Sotravic et CRSE, les habituels acteurs, ont participé sans succès à l’exercice. Ce changement a été maintenu dans l’appel d’offres qui est encore ouvert pour la gestion du dépotoir de La-Chaumière.

Raj Essoo, directeur général d’Atics, nie toute collusion avec les autres opérateurs du secteur. « Il faut savoir quels sont les autres players du secteur, déclare-t-il au Défi Plus, il n’y a pas qu’Atics et Maxi Clean. C’est difficile d’envisager une collusion quand il y a autant d’opérateurs… »

Nous avons également contacté Nandesswar Bundhoo de Maxi Clean à plusieurs reprises, mais en vain.

Le 26 juillet dernier, nous lui avons adressé un courriel qui est resté sans réponse et l’avons appelé à son domicile vendredi soir.

Un de ses proches nous a répondu  qu’il dormait. Nous avons également tenté de joindre Sewlall Chitall, l’un des directeurs de la compagnie, par téléphone et via un SMS, mais il n’a pas daigné nous répondre.

Des ordures qui valent de l'or…

La gestion des déchets ménagers est peu glamour et retient peu l’attention, mais elle rapporte gros. Les chiffres officiels indiquent que le pays produit 1 200 tonnes de déchets au quotidien et le centre d’enfouissement de Mare-Chicose reçoit 450 000 tonnes de déchets par an. Le gouvernement dépense Rs 1 milliard par an pour la gestion des déchets, incluant la collecte, la gestion et la maintenance des dépotoirs et le transfert vers Mare-Chicose. Les Collectivités locales dépensent Rs 500 millions de leur côté pour la collecte.
Le pays compte cinq dépotoirs : La-Brasserie transfert 6 552 tonnes par mois, Roche-Bois transfert 6 308 tonnes, Poudre-d’Or, 4 426 tonnes, La-Laura 3 276 tonnes et La-Chaumière 10 000 tonnes.