Faits Divers

Décès de Jean Denis Parsad à Pointe-d’Esny en avril 2018 : un meurtre maquillé en hit & run élucidé un an après

Jean Denis Parsad Jean Denis Parsad, la victime.

Il avait cru pouvoir échapper à la justice. Son forfait, commis le 8 avril 2018, l’a cependant rattrapé mercredi quand la police lui a mis la main au collet pour le meurtre de Jean Denis Parsad qu’on croyait tué dans un délit de fuite. Mervin Alexandre P. a été arrêté grâce à un témoin qui l’a identifié. 

Au bout d’un peu plus d’un an d’investigation, les limiers de la CID de Mahébourg ont pu faire la lumière sur les circonstances exactes ayant provoqué la mort de Jean Denis Allan Parsad. Cela avec l’arrestation d’un suspect mercredi qui aurait agressé la victime à la tête en 2018. 

Le 8 avril 2018, le corps de Jean Denis Allan Parsad est retrouvé en bordure de route à Pointe d’Esny, Mahébourg. Ce jeune homme, âgé de 28 ans à l’époque, s’était rendu à Blue Bay en vue de célébrer les 18 ans de sa soeur. Mais aux petites heures du 8 avril, le jeune homme, qui habite Curepipe, est parti faire une marche à Pointe d’Esny. Depuis, il n’est plus revenu. 

C’est à cet instant qu’il aurait été mortellement agressée avec un morceau de bois à la tête par un de ses proches, un dénommé Mervin Alexandre P. Ce sont les retombées d’une enquête de la police qui, au départ, privilégiait un cas de « délit de fuite » (hit and run).

Dans l’après-midi de mercredi, les limiers de la Criminal Investigation Division de Mahébourg, menés par l’ASP Callychurn et l’inspecteur Jugasing, ont pu élucider ce mystère. La police, après une enquête approfondie sur le terrain, a pu connaître les causes exactes de ce drame. Cela grâce à l’aide d’un témoin. Ce dernier, au moment du drame, se trouvait en présence du présumé meurtrier Mervin Alexandre P., qui avait, un peu plus tôt, eu une altercation avec la victime. 

À son tour, il a voulu se venger. Il s’est mis à la recherche de Jean Denis Allan Parsad. Une fois l’avoir repéré sur la rue, il l’aurait agressé avec un morceau de bois à la tête. L’autopsie pratiquée sur la victime par le médecin légiste Maxwell Monvoisin à l’époque avait attribué le décès de Jean Denis Allan Parsad, père d’une petite fille, à un traumatisme cranio-cérébral. 

Lors d’un exercice d’identification mercredi, le témoin a identifié le suspect Mervin Alexandre P. comme étant celui qui aurait agressé Jean Denis Allan Parsad. Le suspect sera interrogé ce jeudi. Il fera aussi face à la justice pour une charge provisoire de meurtre devant le tribunal de Mahébourg. La police compte objecter à sa remise en liberté à ce stade de l’enquête. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !