Live News

Débats sur Finance Bill au Parlement 

Lors de la reprise des interventions dans le cadre du Finance Bill à l’Assemblée nationale ce vendredi, le coup d’envoi a été donné par le ministre de la Pêche, Sudhir Maudhoo. Il a été surtout question de l’abrogation de la "Fishermen Investment Trust Act ". Et une importante partie de son discours a été consacrée pour réfuter les critiques de l’opposition. Sudhir Maudhoo est revenu sur "les largesses et la politique de petits copains sous le régime de Navin Ramgoolam". Et c’est le député rouge, Mahen Gungapersad qui lui a donné la réplique.

Selon le ministre Sudhir Maudhoo, les différents projets initiés sous la direction de ce trust n’ont pas donné les résultats escomptés. Il cite en exemple l’élevage de concombres de mer qui était un échec. Donnant la réplique à la députée du MMM, Arianne Navarre-Marie, le ministre devait expliquer que ce sont les pêcheurs, les plus grands perdants dans l’histoire. Il a critiqué le régime Ramgoolam de 2007 à 2014 pour avoir ‘boire disang’ de cet organisme. C’était selon lui, un Special Purpose Vehicle afin de caser les petits copains.  60 % des revenus sont partis dans le paiement des salaires du Chairman et du CEO, a-t-il soutenu.

Intervenant après le ministre, le député travailliste, Mahen Gungapersad n’a pas manqué de répliquer : « Où est passé le capital financier de 65 millions de roupies en 2014 ? Il n’y a pas eu de précision du gouvernement jusqu’ici ». Selon Mahen Gungapersad, au lieu de critiquer l’ancien gouvernement, le ministre Sudhir Maudhoo doit dire quel est le bilan du présent gouvernement du secteur de la pêche. L’élu de la circonscription numéro 6 a aussi fustigé les amendements apportés à la Mauritius Cane Industry Authority Act qui, selon lui, ne favorisent pas les petits planteurs concernant la bagasse selon lui. Le député rouge a consacré son discours à déplorer les changements apportés à la Public Procurement Act. Il dit regretter qu’à l’avenir le gouvernement pourra favoriser les petits copains à travers la nouvelle clause Competitive negociations qui, selon lui, permettraient d’outrepasser les procédures de transparence et de bonne gouvernance comme ce fut le cas pendant le confinement. Et où le gouvernement avait eu recours à l’Emergency Procurement pour l’achat de masques et médicaments.

Aucune mesure concrète pour contrer les paris clandestins et le blanchiment d’argent dans le milieu hippique…

Par ailleurs au Parlement ce vendredi après-midi, les amendements controversés à la Gambling Regulatory Authority étaient au centre de l’intervention du député du MMM Franco Quirin. La notion de juge et partie désormais appliquée dans l’industrie des courses selon le député mauve qui s’est interrogé longuement sur le fonctionnement de la Horse Racing Division. Franco Quirin a regretté l’absence de réelles actions du gouvernement afin de protéger les parieurs. Il a enfin proposé la création d’un comité d’experts pour étudier les recommandations Parry et pour les mettre en œuvre. Ceci, selon lui, pour ne pas procéder dans le désordre comme c’est le cas actuellement. 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !