Live News

De 2019 à ce jour : le gouvernement a accordé Rs 1,1 Md de prêt à Metro Express 

La Metro Express Limited dispose d’une période de dix ans pour rembourser les différents prêts que le gouvernement lui a accordés. Bien que son Chief Executive Officer concède que le Metro Express n’a pu générer les revenus attendus, il s’attend à de meilleurs résultats une fois que la ligne Curepipe/Port-Louis sera pleinement opérationnelle.

Rs 220 millions en 2019. Rs 380 millions pour l’année financière 2020-2021. Rs 300 millions pour l’année financière 2021-2022 et Rs 110 millions pour la nouvelle année financière 2022-2023 qui prend effet à partir de ce vendredi 1er juillet. Il s’agit là des prêts financiers accordés par le ministère du Transport à Metro Express Ltd (MEL) pour permettre à la compagnie de financer le coût de ses opérations. 
Selon une réponse du ministre de tutelle, Alan Ganoo, la période de remboursement a été étalée sur dix ans. Cela comprend aussi une période de grâce de trois ans. Ce qui fait que MEL aura droit à un taux de remboursement de 1,8% pendant ces trois années. 

Concernant le prêt de Rs 110 millions qui sera accordé pour l’année financière 2020/2023, l’on apprend que 37% de ce budget sera utilisé pour faire face aux ‘HR related costs’. 32% de ce budget sera consacré pour financer le coût des opérations et de maintenance, 8% aidera à payer les frais de services publics, 6% aidera à couvrir les frais d’assurance alors que le budget restant sera consacré aux autres ‘capital expenditure’ et frais de sécurité.

Ces financements accordés par le gouvernement à MEL ont été déterminants pour le fonctionnement du projet Metro Express. C’est l’avis partagé par Das Mootanah, Chief Executive Officer (CEO) de MEL. « Nous recevons l’aide financière du gouvernement depuis 2017, soit depuis la mise en chantier du projet. Cela, car on était une toute nouvelle organisation et comme il s’agit d’un projet national, le gouvernement a eu à financer les dépenses opérationnelles », explique-t-il au Défi Quotidien. 

Les autres prêts qui ont été accordés à la compagnie responsable du Metro Express étaient en raison de la pandémie de Covid-19. « Il ne faut pas oublier que le Metro Express est entré en opération en 2019 et que peu après en 2020, nous avons été frappés de plein fouet par la Covid-19 et il y avait eu le confinement. Ce qui fait qu’il nous a été impossible de générer des revenus », explique Das Mootanah. 

Il ajoute que les revenus qui ont été générés après les deux périodes de confinement n’étaient pas suffisants. Das Mootanah se dit toutefois optimiste pour l’avenir financier de MEL. « Une fois que la phase de Curepipe sera terminée, nous allons pouvoir générer plus de revenus. C’est pour cela que nous sommes en train d’accélérer les choses pour que la ligne Curepipe-Port-Louis devienne pleinement opérationnelle avant la fin de cette année », fait-il ressortir.

De plus, selon les projections financières qui ont été effectuées, le remboursement de ces prêts financiers sur les dix prochaines années, est tout à fait jouable, selon le CEO de MEL. « Le gouvernement aurait très bien pu nous accorder des grants pour nous permettre de financer nos coûts opérationnels. Mais en nous accordant ces finances sous forme de prêt, le gouvernement est en train de démontrer qu’il croit dans le projet et sur notre capacité à rembourser ces sommes », conclut Das Mootanah. 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !