Live News

Dans une lettre ouverte : l'Association of Registered Private Training Institutions fait plusieurs propositions au PM

C’est un appel de détresse que lance l’Association of Registered Private Training Institutions. Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre, Pravind Jugnauth, le 28 mai,  avec en copie aux ministres des Finances, de l’Éducation et du Travail, cette association explique que la pandémie de Covid-19 a des impacts énormes sur les différents secteurs, dont celui de la formation privée. 

L’association déplore qu’aucune mesure n’ait été annoncée pour cette industrie qui compte 500 institutions accréditées par la MQA et qui emploie quelque 5000 personnes. Une série de recommandations est faite aux autorités pour pouvoir sortir la tête hors de l’eau.
« We, from the private training industry, have certainly not been spared! And so far, we have not heard any specific measures from the authorities to ensure that this sector is sustained », peut-on lire dans la lettre ouverte. 

L’association rappelle que le secteur de la formation privée a eu un grand rôle à jouer dans la construction de Maurice. Notamment, en ce qui concerne des ressources humaines qualifiées. 

Parmi les propositions faites dans cette lettre ouverte, l'Association of Registered Private Training Institutions souhaite que : «The HRDC refund scheme to be reviewed so that for training conducted in registered private training institutions, the total cost of training (100%) is refunded for retrenched employees, unemployed persons, entrepreneurs and self-employed persons; and 90% to employers who send their employees for training. Such training to include re-skilling with a view to enhance overall employability. »
Face à la pandémie de Covid-19, l’association affirme que les institutions n’ont pu opérer sauf pour dispenser quelques cours en ligne. « Cela a été une situation difficile pour les Private Training Institutions (PTI), mentalement et financièrement. Il est impératif de prendre des mesures qui s’imposent pour empêcher la fermeture des PTI », écrit-on. 

Parmi les autres propositions figure un écosystème pour que les PTI puissent assurer une formation aux chômeurs et ceux qui veulent se recycler, en sus d’un support financier, parmi d’autres. « We, the PTIs, are making a pressing appeal to the Government to consider our plight and we trust that the voice of the Private Training Institutions will be heard. We trust that the above recommendations will be positively considered », conclut-on.

Ci-dessous la lettre ouverte de l'Association of Registered Private Training Institutions :

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !