Faits Divers

Dans un shelter de GRNO : un père tente d’enlever son bébé et blesse la mère âgée de 17 ans

Ismaël M. a franchi le mur du Shelter de plus de deux mètres avant d’enlever son bébé. Ismaël M. a franchi le mur du Shelter de plus de deux mètres avant d’enlever son bébé.

Agression d’une rare violence dans un Shelter pour enfants à Grande-Rivière-Nord-Ouest le mardi 4 septembre. Ismaël M., 22 ans, y a fait irruption et a agressé sa compagne de 17 ans au visage avant de tenter d’enlever leur bébé de deux mois. Alertée, la police des Casernes centrales a arrêté le suspect.

Armé d’un ‘cutter’, Ismaël M., 22 ans, habitant à Pailles, s’est introduit dans l’enceinte d’un abri pour enfant de Grande-Rivière-Nord-Ouest (GRNO) en franchissant le mur, haut de plus de deux mètres. Il a agressé à plusieurs coups de barre de fer le vigile avant de pénétrer à l’intérieur du bâtiment à travers une imposte.

Sans tarder, il se dirige vers la chambre des mères célibataires, saisit sa compagne, une adolescente de 17 ans qui est la mère du bébé, et taillade son visage et son cou avec un cutter. Menaçant les autres pensionnaires et employés du Shelter, il saisit ensuite son bébé et prend la fuite.

Son plan a été déjoué par les limiers de la police et des employés d’une compagnie à proximité du Shelter. « Nous avons été avertis par le vigile qui nous a demandé d’alerter la police. Nous avons vu le jeune homme sortir avec le bébé. Mes collègues et moi avons fait bloc. Il a menacé de couper le bébé si nous intervenions », confie un des témoins.

La mère et le bébé ont été admis à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo et le vigile du Shelter a eu les mains plâtrées. Le ministère de l’égalité des genres a ordonné de rehausser la sécurité à l’hôpital et au Shelter de GRNO. « Nous avons réclamé la présence régulière de la police », nous a confiés une préposée du ministère. Le National Children Council a dépêché une équipe de psychologues à l’abri de GRNO.

Durant son interrogatoire le lendemain par les hommes de l’inspecteur Soobul, Ismaël M. a déclaré que « j’ai voulu récupérer ma compagne et mon bébé, car ils me manquent beaucoup ». Ce dernier a comparu devant le tribunal de Port-Louis. Une charge provisoire de violence domestique a été retenue contre lui. La police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle et l’a reconduit en cellule policière.