Faits Divers

Dans un pensionnat à Baie-du-Tombeau : agressée à coups de casque, elle se retrouve à l’ICU

windy Windy P. est dans un sale état.

Windy P., 32 ans, est admise aux soins intensifs de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo depuis samedi. Cette habitante de Cassis a été agressée dans un pensionnat à Baie-du-Tombeau, le 23 juin. Selon la victime, elle a été tabassée, car elle a refusé les avances de l’homme qui l’accompagnait. La CID de Port-a ouvert une enquête.

C’est la deuxième fois que Windy dit avoir rencontré son agresseur, un habitant de Vallée-Pitot. Le 23 juin, ils se sont rendus dans un pensionnat à Baie-du-Tombeau. Toutefois, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Selon la victime, son ami lui aurait proposé d’avoir des relations sexuelles. « J’ai refusé ». La situation aurait alors dégénéré.

« Linn pran elmet, linn batt mwa dans mo figir ek mo latet » se remémore-t-elle. L’homme parti, Windy P, s’est relevée pour rentrer chez elle. Elle a informé sa mère de la situation. Son état s’étant détérioré, le 30 juin, Windy s’est rendue à l’hôpital. C’est ainsi que la police a été informée de cette agression.

Le propriétaire du pensionnat interrogé

Placée sous respiration artificielle, la jeune femme n’a pu relater les circonstances de son agression. Depuis peu, elle s’est réveillée. C’est avec peine qu’elle a relaté les faits à la police dimanche 8 juillet.

Les enquêteurs se sont rendus au pensionnat. Son propriétaire a été entendu. Il a confirmé que le couple a débarqué et qu’il y a eu une vive altercation entre eux. Les limiers ont noté un nom, mais pensent que l’homme qui accompagnait la jeune femme a bien pu donner un faux nom. Lundi, les enquêteurs se sont rendus une nouvelle fois sur place.

La mère de la victime est révoltée.  « Certes, ma fille n’a pas eu une vie facile. Elle est passée par beaucoup d’épreuves. Voilà une autre qu’elle devra traverser. Il n’aurait pas dû la frapper de la sorte. Je remercie Dieu qu’elle aille mieux. Il y a quelques jours, elle était dans un état comateux », lâche-t-elle. Et d’ajouter : « la police doit agir promptement et veiller à ce que cet individu aille en prison pour longtemps ».

Pour l’heure, le surintendant de police, Sam Bansoodeb, responsable de la CID de Port-Louis Nord, ne détient qu’un prénom et qu’une adresse. L’ancien compagnon de la jeune femme sera également entendu dans cette affaire.