Live News

Dans un établissement à New-Grove : un collégien opéré après avoir été agressé par un autre 

Le collégien, qui a dû subir une intervention au nez, a aussi été blessé à la tête.
  • L’adolescent : «Li finn bat mwa ar enn sez metal»

La violence n’en finit pas dans le milieu scolaire. Pas plus tard que le dimanche 22 mai 2022, un adolescent de 16 ans issu d’un collège de la région de New-Grove a porté plainte contre un camarade de classe. Il l’accuse de l’avoir tabassé à l’aide d’une chaise en métal. Grièvement blessé au visage et à la tête, le jeune homme a dû subir une intervention chirurgicale au nez. Une enquête a été ouverte. 

C’est en compagnie de sa mère qu’il s’est présenté au poste de police de Rose-Belle dimanche soir. Il a expliqué aux policiers en service que son agression a eu lieu dans la journée du jeudi 19 mai 2022, alors qu’il se trouvait en classe. Selon lui, vers 11 h 30, une dispute a éclaté entre lui et un camarade de classe. Il affirme que ce dernier s’en est alors pris à lui. 

« Mo finn gagn bate kout sez metal lor mo latet ek mo lekor », raconte-t-il dans sa plainte. La situation s’est rapidement envenimée quand l’adolescent a commencé à perdre du sang. La direction de l’établissement a été alertée et il a été conduit en toute urgence à l’hôpital avant d’être transféré dans une clinique privée par ses parents. 

Le collégien s’en est sorti avec des blessures à la tête, une intervention chirurgicale au nez et plusieurs coups sur le corps. Hospitalisé, il a été autorisé à rentrer chez lui quelques jours plus tard. C’est à sa sortie de la clinique qu’il s’est rendu au poste de police de Rose-Belle pour porter plainte en présence de sa mère. 

Contactée par Le Défi Quotidien, cette dernière a refusé de commenter l’affaire. Sollicitée à son tour, la mère de l’élève incriminé a exprimé des regrets vis-à-vis du collégien blessé et de ses parents. « Je ne suis pas fière de ce qu’a fait mon fils. Je n’aurais pas aimé recevoir un coup de fil du collège m’annonçant qu’il a été blessé par un autre élève. J’espère que ce jeune homme se rétablira rapidement. » 

Elle a ajouté qu’en se basant sur les explications que lui ont fournies son fils et d’autres élèves, il n’y avait pas d’enseignant en classe quand cela s’est produit. « Bann zanfan ti pe kriye ek fer boukou tapaz ek avoy papie, dapre sekinn dir mwa. » Selon ses dires, à un moment donné, son fils serait sorti de la classe pour éviter d’être puni lorsque l’enseignant arriverait. 

« Garson la inn sorti ek linn koumans avoy papie lor li. Mo zanfan osi inn koumans rann laparey. Apre sa, zelev la inn devid sak lekol mo garson ek zet so dezene. Kan linn demann li kifer linn fer sa, linn koumans insulte li. Mo zanfan inn al fer enn ekse koler. Li dir mwa linn ankoler akoz garson la inn zet so dipin », regrette la mère de famille. 

Elle trouve malheureux que les choses se soient déroulées ainsi. « Nous élevons notre enfant du mieux que nous pouvons. ‘Nounn les li trankil pou ki li reflesi inpe. Apre so papa ek mwa nou pou asize pou koz ek li lor sa ekse koler linn fer la’ », dit-elle. 

L’établissement scolaire aurait demandé à l’élève accusé par son camarade de ne plus se rendre au collège temporairement. « La direction m’a dit de ne pas envoyer mon fils pour quelques jours et qu’elle attend la marche à suivre des parents de l’élève blessé afin de prendre une décision », confie la maman de l’adolescent.

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !