Faits Divers

Dans l’enfer de la drogue, à Vallée-Pitot - Noorma, 52 ans : «Mo garson droge, li bat mwa, li menas mwa ar sab»

Hassan, le fils toxicomane et Noorma, la mère.

« Mo bizin gayn kass la mwa. » C’est avec un sabre à la main que Hassan a proféré des menaces à l’égard de sa mère, 52 ans, après lui avoir donné des coups. Ne pouvant plus supporter cette vie infernale, elle a consigné une déposition à la police. Inculpé provisoirement pour agression, Hassan est maintenu en détention policière. 

«Mo per pou res dan mo lakaz, monn fer demars Protection Order. » C’est avec une voix tremblante que Noorma, 52 ans, veuve et mère de famille, nous raconte son calvaire quotidien. Son fils est tombé dans l’enfer de la drogue et depuis la mort de son père, il est devenu incontrôlable, explique sa mère toute troublée. « Cleaner » de profession, elle a deux filles, toutes deux des adolescentes, sous sa charge. La famille habite à Vallée-Pitot.

Ce lundi 11 novembre, Hassan était sous influence de l’alcool et de produits illicites lorsqu’il est rentré chez lui. « Li ti pe rod Rs 200 pou droge », a fait ressortir sa mère dans une déposition qu’elle a consignée à la police. N’ayant pas la somme requise pour donner à son fils, ce dernier est rentré dans une colère noire. « Linn fer koler, linn tap mwa koud poin dan mo la zam. » Et Noorma a chuté de sa chaise. Il s’est aussi mis à donner des coups partout. « Il a endommagé notre machine à laver et l’ordinateur et a brisé des vitres avant de quitter la maison », raconte sa mère. 

Quelques minutes plus tard, le jeune homme est revenu avec un sabre à la main. « Mo bizin gayn kass la mwa », a-t-il laissé entendre avec rage. Pourtant, « de zour desela mo ti fek donn li larzan, mo ti bizin pran prete ek bann lezot zanfan pou donn li ».

« Kan mo sorti to pou kone ar mwa »

« Monn oblize sonn la polis, akoz mo per li fer kitsoz so bann ser », lâche Noorma. Ses deux filles étaient terrifiées durant cette soirée du lundi 11 novembre. La police n’a pas tardé à arriver. Ils ont saisi son arme tranchante. Mais lors de son arrestation, Hassan a proféré des menaces à l’égard de sa mère devant les policiers. « Ma, get ki to pe fer ar mwa.  Mo enn bon piti, kan mo sorti to pou kone ar mwa. » 

Veuve depuis trois ans, cette mère de 52 ans raconte que « Hassan est devenu incontrôlable depuis la mort de son père. Il était sous traitement à la méthadone et vivait chez une femme dans la localité. Depi sa linn vinn alkolik. La femme est décédée il y a trois mois et depuis Hassan est retourné vivre sous mon toit. » Son caractère s’est empiré depuis son retour à la maison, précise Noorma qui dit avoir alerté la police à de nombreuses reprises suite aux actes de violence de son fils. « Linn vinn pli violan, li dir person li pa per. » Mais à chaque fois lorsqu’il voit les policiers, il prend toujours la fuite. « Li roul motosyklet ki pena deklarasyon ek li pa pey so kredi. » 

Noorma estime que c’est le cocktail explosif de drogue et d’alcool qui rend son fils aussi colérique. Pour sa part, le frère aîné ajoute que Hassan ne cesse de s’en prendre à ses sœurs. « Banla pa kapav apran akoz li. » Il poursuit que la descente aux enfers de son frère remonte à quelques années suite à ses fréquentations avec ses amis toxicomanes. « Li ti pe al dans zardin zanfan, tou so ban kamarad dan Sibitex. » 

Le frère aîné du suspect se remémore qu’à une époque, Hassan vivait avec une femme de 56 ans, dont l’époux était en prison. « Kan koz ek li, li dir li pou tap nou kout kouto. » Ne pouvant plus subir les caprices de Hassan, il dit avoir élu domicile loin de la famille. « Li ti pe kokin bizou mo fianse ek ziska ler mo mama bizin kasiet so kitsoz pou li pa kokin al vande. »

Après avoir été inculpé provisoirement pour agression sous la Domestic Violence Act (DVA), Hassan est maintenu en détention policière.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019