Live News

Dans le Sud : une grand-mère recherchée pour abandon d’enfant

  • La mère du bébé, âgée de 16 ans, portée disparue

Un bébé d’un an a été abandonné dans le bureau du Child Protection Service (CPS) de Souillac. C’est une femme de 32 ans, se présentant comme la grand-mère maternelle, qui a confié le nourrisson à un Family Welfare and Protection Officer. Cette habitante de Riambel a expliqué que sa fille de 16 ans, en l’occurrence la mère du bébé, est introuvable et qu’elle est dans l’incapacité de s’occuper de lui.

Le CPS, qui tombe sous l’égide du ministère de l’Égalité des genres et du Bien-être de la famille, a transmis le cas à la police de Souillac le mercredi 30 novembre 2022. Une enquête a été ouverte. Les limiers recherchent activement la trentenaire. Ils essaient aussi de remonter jusqu’à l’adolescente. Toutes deux feront l’objet d’une enquête axée sur un cas d’abandon d’enfant.

C’est dans la journée de mercredi que la grand-mère s’est présentée au bureau du CPS de Souillac, avec le bébé dans les bras. Elle a dit à l’officier présent qu’elle laissait l’enfant sous sa responsabilité, invoquant le fait qu’elle est capable de s’occuper de lui.

Le Family Welfare and Protection Officer l’a alors informée qu’elle s’apprêtait à commettre un délit en abandonnant le nourrisson. Mais l’habitante de Riambel n’a rien voulu entendre et elle est repartie en laissant le bébé sur place. Avant de s’en aller, elle a expliqué que c’est sa fille de 16 ans, qui est introuvable, qui est la mère de l’enfant.

La police de Souillac a été alertée de la disparition de l’adolescente à la mi-journée mercredi. Aucun signe de vie de la jeune fille, ni de sa sœur cadette, âgée de 14 ans. Alerté, le Field Intelligence Office de la Southern Division recherche les deux collégiennes.

Rita Venkatasawmy recommande le placement du bébé dans une famille d’accueil

Cette affaire est un énième cas de grossesse précoce rapportée aux autorités. C’est ce que fait ressortir Rita Venkatasawmy, l’Ombudsperson for Children. « Il faut agir dans l’intérêt de l’enfant », souligne-t-elle. Raison pour laquelle elle recommande le placement du bébé dans une famille d’accueil.

« Il est clair que cet enfant vient d’une famille brisée. Il est important de mettre toutes les chances de son côté. Dans un shelter, il ne pourra pas bénéficier de ces liens familiaux qui sont si importants au développement d’un enfant. Il faut donc agir », explique-t-elle.

Elle explique que dans bien des cas, ce sont les grands-parents qui se retrouvent à devoir prendre en charge leurs enfants et leurs petits-enfants. Mais Rita Venkatasawmy fait ressortir que dans la présente affaire, la maman comme la grand-mère a accouché en étant mineure. « C’est un triste constat. La grossesse précoce est un sujet préoccupant. »

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !