Live News

Dans le Sud : un policier surpris en flagrant délit de beuverie

«Pour éviter ces dérives durant le service, des visites surprises sont menées dans les postes», indique la cellule de communication de la police.

Un constable en service a été surpris par un inspecteur en pleine beuverie, lors d’un dîner, samedi 28 avril, au poste de police de l’hôpital de Mahébourg. Le policier, qui était de service ne pouvait s’attendre à une visite surprise de son supérieur dans le Sud. Au moment des faits, deux agents de sécurité de l’hôpital se trouvaient en sa compagnie.

C’est vers 22h55 que l’inspecteur a interrompu le dîner festif qui avait lieu au poste de police de l’hôpital de Mahébourg. En s’approchant du bâtiment, il a remarqué de l’extérieur le policier et deux agents de sécurité, affectés à l’hôpital, en train de consommer une bouteille de vin et une autre bouteille d’alcool dans la salle de repos. En entrant dans le poste, l’inspecteur a interrompu le ‘programme’. Les deux agents de sécurité, âgés de 65 ans et 68 ans, ont été sommés de vider les lieux par l’inspecteur. 

Quant au policier concerné, il a été interrogé sur la présence des agents de sécurité. C’est alors que l’inspecteur a informé l’agent de l’infraction commise en consommant de la boisson alcoolisée durant son service. Ce qui est contraire aux règlements et au code de conduite. 

« Excuse-moi misier », aurait-il répliqué à l’inspecteur. L’agent de service s’est vu demandé de soumettre  un échantillon de son sang pour les procédures d’enquête. Il s’y est  refusé. L’inspecteur devait alors l’informer qu’il serait accusé d’avoir consommé de l’alcool alors qu’il était de service. 

C’est alors que le policier, apparemment  sous l’influence de l’alcool, s’est mis dans une colère noire et a lancé à l’inspecteur : « Zot ban chef zot peur pou aret vagabon, nek met gard dans livre sa mem zot bon... » 
Les deux bouteilles d’alcool ont été saisies. Le policier fait désormais l’objet d’une enquête départementale de la Disciplined Forces Service Commission (DFSC).

« Selon les ‘Standing Orders’, des procédures disciplinaires seront enclenchées contre lui», indique l’inspecteur Shiva Coothen de la cellule de communication de la police. « Les sanctions qui seront prises à l’encontre du policier sont les mêmes concernant les procédures en cours. Il sera ensuite examiné par un médecin de la police, une prise de sang sera effectuée afin de prouver s’il y a présence d’alcool ou pas dans son sang », explique-t-il. 

À noter que, par rapport au comportement agressif du policier, « une charge de ‘aggressive Insubordination’ peut être retenue contre lui, en sus de la charge ‘drinking on duty’ ou ‘part taking of alcoholic drink’ », ajoute l’inspecteur Shiva Coothen. 

La rédaction du Défi Quotidien a passé plusieurs appels téléphoniques, durant deux semaines, dans plusieurs postes de police à travers l’île.  

C’est vers 20 heures, il y a deux semaines, nous avons passé un énième appel à un poste de police. L’agent au bout du fil avait beaucoup de difficulté à saisir la requête que nous lui avons faite. C’est alors que nous lui avons demandé : « Ou korek ? Ou paret pas bien ». Il devait répliquer : « Oui, oui mo pas trop bien, mo gagne lafienza la » en toussant continuellement, de manière exagérée. Sauf que dans l’arrière-plan, ses collègues rigolaient de la phrase qu’il venait de lancer. « To malade *****, to gagne lafienza » lui lance quelqu’un dans le ‘background’ accompagné d’un fou rire. 

Sollicité, le caporal Bernard Mootoosamy, de la cellule de communication de la police, conseille à ceux qui ne reçoivent pas les services nécessaires auprès d’un policier d’enregistrer une plainte à l’Independent Police Commission. « Concernant le policier atteint de ‘linfluenza’, on ne saura jamais si ce dernier était sous l’influence de l’alcool ou vraiment malade. Ce que je peux vous assurer, c’est que toutes les semaines, plusieurs visites surprises sont menées à travers les postes de police de l’île. Justement, pour décourager cette pratique et renforcer la discipline », conclut-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !