Live News

Dans le Sud : un chien froidement abattu avec un fusil de chasse

L’accusé Jeetsing G. L’accusé Jeetsing G.

À St Martin, Bel-Ombre, village du sud de l’île, c’est une atmosphère lourde et pesante qui règne chez la famille Gopinauth. C’est la mort atroce de Youri, un chien de sept ans de race boxer, qui plonge cette famille dans une  grande tristesse. Ce drame s’est joué jeudi après-midi à l’avenue Loupa, St Martin. Désiré Gopinauth , 43 ans,  a porté plainte au poste de police de Bel-Ombre, jeudi après-midi. 

Son chien, qu’il considérait jadis comme un membre de sa famille, a été froidement abattu avec un fusil de chasse. Il pointe du doigt un habitant du village de Surinam, un dénommé Jeetsing G., comme celui qui a appuyé sur la gâchette pour tuer son chien. Ce dernier, placé en état d’arrestation jeudi, a été libéré sous caution après sa comparution devant le tribunal de Souillac ce vendredi.

Désiré Gopinauth, le propriétaire du chien, revient sur les derniers moments de Youri. « J’étais au lit et le chien se trouvait dans la chambre. Puis, il est sorti de la maison. Quelques secondes plus tard, j’ai entendu une grande détonation et j’ai immédiatement compris qu’il était arrivé quelque chose de grave », relate cet homme âgé de 43 ans.

Sans perdre de temps, il se rue à l’extérieur. Il lit déjà sur le visage de sa femme et de sa fille de six ans un sentiment de grande tristesse.  Gisant sur le sol, son chien Youri a le cou ensanglanté. Un peu plus loin, Désiré Gopinauth constate la présence d’un individu,  Jeetsing G., qui prenait la fuite, un fusil de chasse en main.

Immédiatement, il alerte la police de Bel-Ombre. Une escouade, composée du caporal Bissoo et des limiers Duportail, Heeralall et Paul, arrive sur les lieux et procède à l’arrestation du présumé tireur. Celui-ci, qui détient un permis de port d’arme, est placé en état d’arrestation sur le champ, son fusil de chasse saisi par la police.

Désiré Gopinauth, son épouse et leur fille de six ans ne peuvent que constater cette tuerie. Leur chien Youri ne respire plus. Le plus dur, selon ce père de famille, est que Youri était considéré comme un membre de la famille. « Ma fille a six ans et le chien en a sept. Aussi, ils ont grandi côte à côte ».

Bien que cette famille possède trois chiens, la perte de Youri, qui jouissait d’une bonne santé, représente un vide difficile à combler. « Notre chien était aimé de tous dans le village. Il n’a jamais attaqué de passant. Youri est irremplaçable ; il dormait dans notre chambre aux côtés de ma fille », raconte avec regret le père de famille.

Concernant le présumé tueur de chien, Désiré Gopinauth adopte la ligne dure et réclame de lourdes sanctions devant la justice : « Fode san leker pou touy enn lisien koumsa. »

Vendredi, Jeetsing G. a été inculpé de cruelty to animal devant le tribunal de Souillac. Lors de son interrogatoire, il a reconnu avoir tiré sur le chien. Pour justifier son action, il a plaidé la légitime défense, arguant avoir fait feu sur le chien à bout portant, car celui-ci voulait le mordre.