Live News

Dans le Nord : une policière accuse son collègue d’attentat à la pudeur

Une policière a déposé une plainte contre son collègue policier pour attentat à la pudeur à la CID de Pamplemousses. Elle allègue qu’ils étaient en service lors de leur second ‘shift’ au poste de police de l’hôpital du Nord quand le policier aurait tenté d'abuser d'elle en juin dernier.

Âgée de 28 ans et comptant cinq ans dans la force policière, la Woman Police Constable (WPC) dit même vouloir rapporter le cas à la Human Rights Commission si aucune action n’est prise.

Dans sa plainte, la jeune femme, actuellement affectée à un poste de police dans le Nord, dit être moralement affectée. Elle raconte qu’elle était de service au Casualty Ward quand un de ses collègues s'est approché d'elle et lui a demandé de l’accompagner pour vérifier les alentours de l’hôpital.   

Elle ajoute qu’une cinquantaine de mètres plus loin, le constable lui a demandé de s’asseoir à côté de lui sur un banc. C’est là, dit-elle, qu’il lui a demandé de l'embrasser.

La policière dit avoir repoussé ses avances, mais le constable l’aurait tripotée en lui bloquant les deux mains. Selon ses dires, il l’aurait immobilisée à deux reprises en l'obligeant à monter sur lui.

La policière explique qu’elle est finalement parvenue à s’échapper. Elle est retournée à son poste. Le 19 juin, alors qu’elle faisait le troisième ‘shift’, le policier lui a une nouvelle fois fait des avances. Elle allègue qu’il aurait même déboutonné son uniforme (uniforme de la policière). 

La jeune femme avance que l’épouse du présumé agresseur est également une policière et que celle-ci travaille au même endroit.

Dans sa plainte, la policière soutient que cet acte ne devrait pas rester impuni et qu’il s’agit d’un «arrestable offence». Elle compte aussi avoir recours à la Human Rights Commission si rien n’est fait.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !