Xplik ou K

À Curepipe : la sécurité avant tout

Curepipe

La municipalité de Curepipe a apporté divers aménagements à travers la ville : poubelles de recyclage au cimetière Bigarade, guet de sécurité à Trou-aux-Cerfs. Le maire Hans Margueritte nous fait le point.

Poubelles de recyclage au cimetière Bigarade

poubelles
Un changement positif a été constaté de la part des citoyens.

Pourquoi installer des poubelles de recyclage dans le cimetière de la ville de Curepipe? Interrogé à ce sujet, le maire Hans Margueritte explique qu’il y avait de nombreux déchets en plastique abandonnés dans l’enceinte de ce lieu de repos des défunts. « Les visiteurs avaient pris l’habitude d’apporter des bouteilles en plastique pour laver et entretenir les tombes de leurs défunts. Cependant, après utilisation, ces bouteilles traînaient dans l’enceinte et il y avait des tas de bouteilles abandonnées dans chaque recoin du cimetière », explique-t-il. Par conséquent, des poubelles de recyclage ont été placées pour qu’on y dépose les déchets en plastique. « La poubelle de recyclage reste à moitié remplie, les visiteurs peuvent prendre des bouteilles, mais aussi les y déposer après utilisation, un changement positif d’attitude a été constaté », poursuit-il.


Suite au vol au cimetière : des caméras bientôt opérationnelles

Le maire Hans Margueritte soutient que des caméras de surveillance seront bientôt opérationnelles dans le cimetière, ainsi qu’en d’autres lieux de la Ville lumière.

« Suite au vol d’un réservoir d’eau de 9000 litres perpétré au cimetière le mois dernier, lors du prochain conseil municipal nous allons reconsidérer l’installation de caméras de surveillance en ce lieu », nous confie le maire. « La police poursuit son enquête et nous attendons son rapport, d’ici là, le nécessaire sera fait afin que ce lieu soit sécurisé au plus vite et que de tels actes ne se répètent de nouveau », confie-t-il.

Pour rappel, des postes de sécurité ont été placés au cours du mois de mars aux abords des entrées et sorties du cimetière Bigarade. Par ailleurs, des postes de sécurité ont été construits à l’entrée de Trou-aux-Cerfs. « Cela est dans le but de mieux contrôler l’accès des véhicules et pour mieux servir les habitants. » Le maire a, par la même occasion, tenu à remercier les sponsors pour le travail accompli.


Après le match, les déchets…Un peu de civisme svp !

dechets

Des Curepipeins qui résident à côté du terrain de football des Casernes sont furieux. Non pas qu’ils n’ont pas accès au joli terrain de leur endroit. Non ! C’est plutôt en raison du comportement des utilisateurs du terrain et des nombreux spectateurs de ces matchs. « Dimanche, il y a eu un tournoi réunissant de nombreuses équipes de football, notamment des employés malgaches d’usines de textile. Ces derniers n’ont certainement pas le même sens du respect de l’environnement et de l’infrastructure mis à leur disposition que nous. Sinon, comment expliquer que les équipes n’aient même pas pensé à apporter des sacs poubelles pour ramasser les bouteilles d’eau en plastique vides après le match ? Le comble, c’est que plus loin, près du terrain de basket, il existe des poubelles de recyclage des déchets en plastique. Les responsables des équipes de football, qu’ils soient mauriciens ou autres, devraient prendre la responsabilité de faire ramasser ces déchets avant de partir. Sinon, un jour les habitants de l’endroit – qui se plaignent du service de nettoyage municipal – risqueraient de mal réagir », nous confie Cyril, un habitant de l’endroit. « Lorsque des enfants des écoles de foot finissent leurs matchs, leurs coaches les obligent à ramasser tous les déchets et les déposer dans les poubelles appropriées », ajoute Bernard.


À ‘Chemin École’, Cité Atlee : la qualité des travaux de drains déplaît

Chemin École
La mairie n’a pas de sous pour refaire les ‘slabs’.

Dans ce qui est connu comme « Chemin École », à Cité Atlee, Forest-Side, la municipalité de Curepipe avait pris l’initiative de procéder au nettoyage des drains couverts. Pour réaliser ce travail d’entretien, les ‘slabs’ avaient été retirés puis replacés. Si les habitants de l’endroit avaient estimé cette initiative fort louable, toujours est-il que la manière de procéder des ouvriers était critiquée et semblait beaucoup à désirer, comme le soutenait Riaz, habitant des lieux et qui avait adressé à la rédaction des photos pour soutenir ses affirmations.

La rédaction d’Explik ou Ka est allée visiter les lieux pour vérifier les propos de ce Curepipien. Effectivement, des travaux d’entretien avaient démarré, puis étaient interrompus. Le maire Hans Margueritte a été contacté pour qu’il nous donne son avis sur ces travaux inachevés. « Vous l’avez vu vous-même. Les slabs auxquels fait mention ce M. Riaz datent de fort longtemps : plus de 30 ans, comme le confirme des résidents interrogés. Conséquence : dès qu’on les déplace à l’aide d’un appareil, les bords de ces drains s’effritent, et on ne peut donc les replacer bien droit et à plat comme le souhaitent les  habitants. Si l’on continue de cette manière, nous abîmerons davantage le système d’évacuation des eaux. Les habitants nous ont demandé de remplacer et de refaire ces slabs. Malheureusement, la municipalité ne dispose pas des ressources financières nécessaires. Nos ouvriers feront le maximum pour redresser ces slabs qui ont été soulevés, mais nous ne pourrons les refaire tous», a dit le maire. «Certaines personnes nous ont reproché d’avoir soulevé ces dalles, mais il fallait bien le faire pour récurer ces drains…. En attendant, les autorités municipales ont installé des grilles métalliques en certains endroits pour aider à l’évacuation et à l’absorption de l’eau». « Il est donc faux de dire que nous ne souhaitons pas poursuivre ces travaux. En fait, ils sont plus complexes qu’on ne le croyait au départ. Par précaution, nous préférons mener des études avant de reprendre les travaux », conclut Hans Margueritte.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective