Xplik ou K

CT Scan en panne : les patients de l’hôpital Victoria examinés à Rose-Belle

CT scan

L’appareil CT Scan de l’hôpital Victoria à Candos étant en panne, les patients sont contraints de faire la navette entre cet établissement et l’hôpital Jawaharlal Nehru pour bénéficier de cet examen. Une situation fort incommodante pour eux, mais ils n’osent pas en parler pas crainte de représailles.

C’est le ras-le-bol chez certains patients. Ils doivent embarquer à bord d’une ambulance, mise à leur disposition par l’hôpital Victoria, à Candos, pour faire un CT Scan à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle. Cela parce que l’appareil de l’établissement quatrebornais est en panne depuis plusieurs semaines.

Le CT Scan est une technique d’imagerie médicale qui consiste à mesurer l’absorption des rayons X par les tissus, puis par traitement informatique, à numériser et enfin reconstruire des images 2D ou 3D des structures anatomiques.

Chaque jour, une dizaine de patients font le va-et-vient entre les deux hôpitaux, affirme un membre du personnel qui considère cette situation comme « tout à fait déplorable ». «C’est un gros inconvénient tant pour les patients que les membres du personnel, surtout quand il s’agit de patients alités», dit-il. Un avis que partage un autre infirmier. Mais il s’empresse d’ajouter que les patients ne se plaignent pas de cette situation, car ils savent que cet examen est essentiel à leurs traitements.

Peur de représailles

« Si les patients subissent cette situation en silence, c’est qu’ils n’ont guère le choix. » Marie, l’amie d’une patiente cancéreuse estime que «  certains patients ont peur de dénoncer ce qui va mal à l’hôpital afin de bénéficier des traitements sans trop de difficultés. Autrement, ils risquent des représailles.» En évoquant le cas de son amie, Marie souhaite une amélioration de sa situation. « Il n’est pas possible que tant d’appareils tombent en panne à l’hôpital sans qu’on sache quand ils seront de nouveau en opération», s’insurge-t-elle.

Elle souligne que lorsque l’appareil de mammographie est en panne, les médecins ne peuvent assurer le suivi de l’évolution de la maladie. « Mon amie a dû renvoyer son rendez-vous avec son médecin traitant, car elle n’avait pas les résultats de la mammographie pour le traitement de son cancer du sein. Quand l’appareil est en panne, la maladie n’attend pas. On joue avec la vie des patients », déplore-t-elle.

Pannes récurrentes

Outre l’appareil CT Scan et l’appareil de mammographie, celui de lithotripsie ne fonctionne pas depuis l’an dernier. Le problème des appareils en panne a été évoqué à plusieurs reprises au niveau de l’Advisory Board de l’hôpital en question.

Selon une source proche du dossier, la direction annonce à chaque fois que le nécessaire sera fait pour les réparations, mais jusqu’à présent, rien n’a été fait. « Cela ne vaut pas la peine de réparer ces appareils, car ils ont fait leur temps. Il faudrait les remplacer. Il faudrait aussi un véritable programme de maintenance préventive pour éviter les pannes récurrentes des appareils des hôpitaux du service public», ajoute notre interlocuteur.

Nous avons, une fois de plus, sollicité une réaction du ministère de la Santé à ce sujet. Toutes nos requêtes concernant le dysfonctionnement des appareils dans les hôpitaux sont restées lettre morte jusqu’à présent. Le responsable de communication reste injoignable.