Live News

Crise constitutionnelle : Ameenah Gurib-Fakim riposte, persiste et signe 

 

Elle ne quittera pas la State House ! « Son Excellence rejette toute perspective de démission. » C’est ce qu’affirme Ameenah Gurib-Fakim dans un communiqué publié sur la page Facebook et sur le site officiel de la présidence de la République. 

Ameenah Gurib-Fakim se dit prête à intenter une action en justice pour se défendre contre les accusations qu’elle qualifie de « calomnieuses ». A travers ce communiqué, la présidente s’explique en long et en large sur ses dépenses. 

Elle souligne que c’est dans le cadre de ses fonctions qu’elle a reçu une carte bancaire de Planet Earth Institute (PEI) en 2016. Elle affirme qu’elle disposait déjà d’une carte bancaire identique émanant de la même banque et que c’est « par inadvertance » qu’elle aurait utilisé la carte du PEI pour régler des dépenses d’un montant de 27 000 dollars américains à l’étranger, soit environ Rs 890 000. 

La présidente explique dans son communiqué avoir remboursé par virement bancaire ces dépenses spécifiques. De ce fait, elle maintient n’avoir reçu ni cadeaux, ni faveurs, ni salaires de la part de PEI. 

Ameenah Gurib-Fakim exprime sa consternation face aux attaques « cruelles et violentes » qui l’ont visée un an après les faits. Pour la chef de l’Etat, il y a bien eu une diffusion illégale des relevés bancaires avec une intention malveillante. 

Pour prouver le bien-fondé de ses dires, Ameenah Gurib-Fakim est prête à jurer un affidavit à l’effet qu’elle n’a pas bénéficié d’une quelconque rémunération depuis qu’elle est installée à la State House. Face à une telle conjoncture, la présidente rejette toute perspective de démission. 

Le communiqué fait aussi l’historique de la collaboration entre Ameenah Gurib-Fakim et Planet Earth Institute depuis 2015 « afin de promouvoir la science sur le continent africain ». A travers ce communiqué, Ameenah Gurib-Fakim dit avoir mis « les points sur les i, afin de protéger son honneur et sa réputation ».