Live News

COVID-19 : les centres de quarantaine fonctionnent à plein régime

Le centre de quarantaine d'Anse-La-Raie. Photos : Pillay Nonganaden

Le centre de jeunesse d’Anse La Raie converti en centre de quarantaine fonctionne à plein régime. Plus d’une trentaine de personnes y séjourne pour compléter leur période de confinement qui a initialement commencé à l’hôpital de Souillac. Il est prévu que le centre de jeunesse de Pointe-Jérôme, dont l’aménagement est toujours en cours, ouvre bientôt ses portes, afin de pouvoir accueillir d’éventuels patients si le besoin se fait sentir.

Vendredi 14 février 2020. Le calme est revenu au centre de jeunesse d’Anse La Raie, après les agitations de la nuit du jeudi 13 février au vendredi 14 février. Sur place, 36 personnes maintenues en quarantaine, alors que pendant ce temps-là, la plupart des Mauriciens célèbrent la fête de la Saint-Valentin. Les membres du personnel médical et paramédical s’affairent à leurs occupations. À l’entrée, deux agents de sécurité d’une société de gardiennage privée. Deux policiers se trouvent dans une voiture banalisée à l’extérieur. 

Nous retrouvons le directeur des services de santé du ministère de la Santé, le Dr Vasantrao Gajudhur. Il a tenu à être de nouveau présent aujourd’hui afin de s’assurer que tout se passe bien. « Je viens régulièrement sur place. J’ai eu l’occasion de rencontrer tous les patients mis en quarantaine afin de les écouter et de répondre à leurs questions », confie-t-il. Il explique que le ministère a pu répondre à leurs doléances. « Tous les problèmes ont été résolus », dit-il. 

Dr Vasantrao Gajudhur, le directeur des services de Santé.
Dr Vasantrao Gajudhur, le directeur des services de Santé.

Le Dr Vasantrao Gajudhur était là jeudi soir pour résoudre un incident ayant nécessité le renvoi d’un couple vers l’hôpital de Souillac en raison du mécontentement des autres patients. Ce qui a mis le feu aux poudres, selon lui, c’est l’ouverture d’une salle destinée à accueillir 14 nouveaux patients. Cela a, dit-il, suscité des griefs de la part de patients confinés depuis plusieurs jours déjà. 

« Ils ne voyaient pas d’un bon œil la venue des nouveaux arrivants. Ils se sont sentis menacés alors que jusque-là ils étaient dans leur zone de confort. » Ils craignaient que les nouveaux arrivants soient porteurs du virus et les contaminent, alors qu’ils sont sur le point de quitter le centre de quarantaine. Mais le directeur des services de santé assure qu’il n’y a aucun risque, car ils ont débuté leur période de quarantaine à l’hôpital de Souillac et n’ont présenté aucun symptôme du COVID-19. « Les patients d’Anse La Raie n’ont rien à craindre », réaffirme-t-il. 

Un médecin qui exerce dans le privé déplore toutefois cette procédure qui va à l’encontre du principe même de la mise en quarantaine. « Cette pratique est contestable », dit-il. Pour lui, mélanger des personnes qui en sont déjà à quelques jours de confinement et celles qui viennent à peine d’arriver présente un risque. « S’ils ont été placés en confinement, c’est justement pour les garder en observation et veiller à ce qu’ils ne soient pas porteurs du virus. D’ailleurs, celui-ci a une période d’incubation de 14 jours », explique le médecin. Mais pour le ministère, toutes les dispositions et les mesures de protocole ont été prises. « S’ils ne sont pas malades au bout de 14 jours, nous les laissons rentrer chez eux », conclut le Dr Gajudhur. 

1 384 morts à vendredi 

Le COVID-19 continue de faire des ravages, particulièrement en Chine. Selon les derniers chiffres disponibles, il y avait 48 010 cas confirmés de la maladie et 1 384 décès. À ce jour, le virus est présent dans 25 pays.

Du temps à revendre 

Comment occupe-t-on son temps quand on est placé en quarantaine ? Jeux de société ? « Non », rétorque le Dr Vasantrao Gajudhur. « Nous avons choisi de ne pas leur donner des jeux de société, car les goulettes de salive pourraient s’y déposer. Ils pourraient alors, sans le savoir, transmettre le virus s’ils en sont porteurs. » Du coup, que ce soit à l’hôpital de Souillac ou au centre de jeunesse d’Anse La Raie, les patients ont du temps à revendre. Il y a certes des téléviseurs et des radios pour se distraire. Sinon ils peuvent aussi communiquer avec leurs proches qui sont loin d’eux ou surfer sur la Toile grâce à la connexion WiFi mise à leur disposition. Mais une chose est sûre : les patients placés en quarantaine au centre de jeunesse d’Anse La Raie sont mieux lotis que ceux de l’hôpital Souillac, car ils ont la possibilité de sortir dans la cour, histoire de contempler la mer et les îles du Nord. 

Le centre de quarantaine de Pointe-Jérôme s’ouvre bientôt 

Les travaux pour transformer le centre de jeunesse de Pointe-Jérôme en centre de quarantaine sont presque terminés. Il sera bientôt prêt à accueillir des patients. « L’aménagement est encore en cours. Les préparatifs vont bon train pour y accueillir d’éventuels patients si nécessaire », explique le Dr Gajudhur. Selon les derniers chiffres disponibles, il y a 25 patients à l’hôpital de Souillac et 36 au centre de jeunesse d’Anse La Raie, ce qui fait un total de 61. À ce jour, 31 patients ont complété leur temps de quarantaine sur les 92 qui avaient été confinés.

Consignes aux voyageurs et au public en général

Spots publicitaires, affiches, brochures explicatives… Le ministère ne lésine pas sur les moyens pour fournir au public le maximum d’informations au sujet du COVID-19. Les consignes sont claires : les voyageurs qui se rendent en Chine doivent éviter les endroits à risques, c’est-à-dire les marchés de volaille ou d’oiseaux vivants, les fermes et les zoos. Tous ceux qui, lors de leur séjour en Chine ou à leur retour à Maurice, développent des symptômes tels que la fièvre, le mal de gorge, la toux ou des troubles respiratoires doivent impérativement consulter un médecin. 

Il est également recommandé de consommer de la viande ou du poulet bien cuits (c’est-à-dire non saignants) et servis chauds. Les œufs doivent être bien cuits également. Des règles d’hygiène doivent aussi être observées. Il est important de ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche sans s’être au préalable lavé les mains. Il faut aussi se couvrir le nez et la bouche quand on éternue ou quand on tousse. Il est également recommandé de se laver les mains régulièrement. 

Une hotline mise à disposition

Le ministère de la Santé a aussi ouvert une ligne téléphonique gratuite, le 8924. Cette hotline est disponible entre 9 heures et 16 heures du lundi au vendredi. Le week-end et les jours fériés, il faut appeler sur les numéros suivants pour joindre l’un des hôpitaux régionaux : le 8925 (Dr A. G. Jeetoo pour la région de Port-Louis) ; le 8926 (SSR pour la région Nord) ; le 8927 (Flacq pour l’Est) ; le 8928 (Victoria pour les Plaines-Wilhems) ; et le 8929 (Jawaharlal Nehru pour le Sud). 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP