Live News

COVID-19 : le personnel de l’aéroport opère sans équipements de protection 

AML avance que la compagnie suit les protocoles de la Santé.

Alors qu’une série de mesures a été prise pour empêcher le COVID-19 d’entrer sur le territoire mauricien, les employés d’Airports of Mauritius Ltd, basés à l’aéroport SSR de Plaisance, travaillent sans équipements de protection. Joint au téléphone, AML fait ressortir que la direction travaille « selon les protocoles établis par le ministère de la Santé et du Bien-être ». En d’autres mots, rien ne dit que le port des masques est obligatoire. AML souligne toutefois que 2 000 masques sont mis à la disposition des employés. 

La question a été soulevée par Salim Abbas Mamode à l’Assemblée nationale, à l’ajournement des travaux parlementaires, le vendredi 14 février 2020. Le député de la circonscription no 3 (Port-Louis maritime/Port-Louis Est) a dit avoir été surpris de voir des employés d’Airports of Mauritius Ltd (AML) travailler sans masques ni gants à l’aéroport. 

« Avec l’épidémie de coronavirus, il est important que les employés d’AML travaillent en étant munis des équipements nécessaires », a-t-il dit. En réponse à Salim Abbas Mamode, le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, a déclaré : « Si des mesures additionnelles doivent être prises, je ferai le nécessaire. »

Qu’en est-il du côté d’AML ? « Nous suivons les protocoles établis par le ministère de la Santé. On nous a appris que le port du masque par le personnel n’était pas obligatoire, du moins pas pour le moment », nous a-t-on fait comprendre. Selon AML, même si ses employés ne portent pas d’équipements de protection, « des désinfectants additionnels ont été installés dans la zone et les Health and Safety Officers effectuent des sensibilisations régulières ». 

« Le ministère est l’instance la plus appropriée pour nous guider dans cette situation. D’ailleurs, AML dispose d’environ 2 000 masques destinés au personnel en cas de besoin », souligne-t-on. AML ajoute que les étrangers qui débarquent à l’aéroport doivent impérativement passer par divers contrôles (à savoir la prise de la température par les officiers du ministère de la Santé, les services de l’immigration ou encore les trajets effectués par les passagers, entre autres) avant d’arriver dans la zone où opèrent le personnel d’AML. « Nous sommes en communication avec le ministère. Si le besoin se fait sentir, nous appliquerons les protocoles imposés », conclut AML.


3 000 croisiéristes seront dépistés ce lundi 

À samedi après-midi, 58 personnes avaient été placées en quarantaine au centre d’Anse-La-Raie (36) et au New Souillac Hospital (22). Pour rappel, 92 personnes ont été mises en quarantaine jusqu’ici et 34 ont été autorisées à rentrer chez elles. Dans un communiqué émis samedi après-midi, le ministère de la Santé fait ressortir que toutes les mesures pour le dépistage du COVID-19 sur les quelque 3 000 passagers qui arriveront dans le port à bord du paquebot de croisière AIDAblu ce lundi 17 février 2020 seront prises conformément aux protocoles. 

Le ministère a, depuis le début de février, renforcé son équipe de surveillance et son personnel médical dans la zone portuaire, vu le nombre de dépistages qui doivent être faits suivant l’arrivée des paquebots et autres cargos au port.


Dr Vasant Rao Gujadhur : «Une bonne hygiène est plus importante que le port du masque»

Le Dr Vasant Rao Gujadhur, directeur des Health Services du minstère de la Santé, rappelle qu’une bonne hygiène de vie « est plus importante que le port des masques ». Il souligne qu’il n’y a, pour le moment, aucun cas de coronavirus à Maurice. « Mais l’hygiène est importante. Il est donc impératif de ne pas se toucher les yeux et la bouche, entre autres, ou encore de ne pas se gratter les yeux. Les personnes qui toussent sont priées d’éviter la foule », recommande le spécialiste. Il ajoute que le port des masques est peu confortable.


Coronavirus : les 12 Mauriciens en confinement en France rentrent au pays ce lundi

La période de quarantaine pour les 12 Mauriciens qui étaient à Wuhan a pris fin, samedi à minuit. Ils sont tous en bonne santé et devront rentrer à Maurice, ce lundi. Ils auront, en leur possession, un certificat des autorités françaises confirmant qu’ils n’ont pas été infectés par le coronavirus.

Nos 12 compatriotes, qui ont quitté Wuhan dans la province de Hubei, l’épicentre du coronavirus en Chine, étaient en confinement à Aix-en-Provence. C’est à bord d’un avion mis à leur disposition qu’ils avaient quitté la Chine le 1er février dernier. Et ils sont arrivés à la base aérienne d’Istres, dans les Bouches-du-Rhône, le dimanche 2 février. Ils ont ainsi passé plus de deux semaines dans une école de pompiers. 

Depuis leur arrivée, les médecins et l’équipe médicale ont été aux petits soins. Les premiers tests effectués ont démontré que nos compatriotes étaient en bonne santé. Toutefois, quelques jours plus tard, deux des 12 Mauriciens présentaient des symptômes de contamination. Mais c’était une fausse alerte. Des tests poussés ont révélé qu’ils n’étaient pas infectés. Depuis, ils se portent bien. 

Dans une déclaration, Ken, qui étudiait le mandarin en Chine, affirme que « tout va bien » et que tous les Mauriciens « sont en bonne santé ». Seul bémol, la longue attente. Ils n’ont désormais qu’un souhait : rentrer enfin à la maison.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !