Live News

Covid-19 : Ismet Abdoolah laisse un grand vide

Ismet Abdoolah.

Ismet Abdoolah est décédé le 22 novembre. Son départ prématuré a provoqué une souffrance incommensurable parmi ses proches. 

Ancien haut fonctionnaire au ministère des Finances, Ismet Abdoolah, 75 ans, s’est mis à son compte à sa retraite. Propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter, il faisait aussi de l’importation de vêtements, s’occupait de la livraison de papeterie et gérait une cafétéria avec son épouse, Nazma. Le couple n’avait pas d’enfant. Ainsi, il a pris Jabeen Thug sous ses ailes. 

Ismet n’aimait pas rester à ne rien faire. Il faisait du jardinage et s’occupait de l’entretien de sa cour.. « Mon oncle était quelqu’un de serviable », confie-t-elle.

Ismet Abdoolah laisse derrière lui un grand vide. Nazma est très éprouvée, alors que la fille de Jabeen ne cesse de pleurer son « grand-père ». 

Le défunt était secrétaire du Front commun des commerçants. « Je perds un ami, un grand frère et un membre très actif. » dit Raj Appadu, président de l’association. 

La voix des sans-voix

Jabeen Thug affirme qu’Ismet Abdoolah est décédé dans des conditions déplorables. Son oncle serait resté avec la même couche six jours durant. « On ne lui a pas fait sa toilette et il n’a pas eu d’aide quand il en demandait », ajoute-t-elle. Aussi elle a décidé de faire entendre sa voix pour que cesse la « maltraitance » des patients.  La famille envisage des poursuites à l’encontre du ministère de la Santé. 

Pas de médicaments

Ismet Abdoolah est admis, le 11 novembre à l’hôpital Victoria. Il y apprend qu’il est  positif à la Covid-19. Son état de santé se détériorant, il est transféré au New ENT Hospital. Les médecins auraient aussi fait comprendre à la famille que l’établissement ne disposait plus de tocilizumab, médicament figurant dans le protocole de traitement et destiné aux patients qui ont des complications. La famille fait de son mieux pour s’en procurer à  La Réunion. Cependant, l’acheminement prend du retard. Ismet Abdoolah est décédé deux jours après l’administration du médicament.  

Dr Sok Appadu : « Aucune plainte reçue »

« La famille aurait dû informer la direction de l’hôpital de ce qui se passait. Il aurait été plus facile de vérifier les allégations et de les corriger. Le patient est décédé et il est difficile de faire un constat et mener une enquête plusieurs jours après les faits », dira le Dr Sok Appadu, directeur du New ENT Hospital.  Il ajoute que « le Charge Nurse n’a constaté aucune anomalie lors du séjour d’Ismet Abdoolah ». Aussi, « aucune plainte n’a été reçue à ce jour », dit-il. Selon Jabeen Thug, « cela a été difficile d’avoir un responsable de l’hôpital ENT au téléphone. Ce n’était pas possible, non plus, d’entrer dans  l’établissement. C’est une ‘Restricted Area’ ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !