Live News

Court of Investigation : le capitaine du MV Wakashio a reconnu son erreur, révèle le Deputy Director of Shipping

📷 Des membres de l’équipage du MV Wakashio en compagnie de l’avocat, Khushal Lobine, dans l’enceinte de l’ancienne Cour suprême ce matin dans le cadre des travaux de la Court of Investigation

« Le capitaine [du MV Wakashio] a ‘accepté’ son erreur ». C’est ce qu’a révélé le capitaine Asiva Coopen, Deputy Director of Shipping, ce mardi 19 janvier. C’était lors de son audition dans le cadre de la première audience de la Court of Investigation. Celle-ci a été instituée pour faire la lumière sur les circonstances entourant le naufrage du vraquier MV Wakasio, suivi de la marée noire. Laquelle avait sévèrement affecté les lagons du Sud-Est.

Le capitaine Asiva Coopen, répondant aux questions de l’Assistant Sollicitor General, Me Rajkumar Baungally, a précisé que, selon l’enquête qu’il a menée après le naufrage du MV Wakashio, il y avait une fête d’anniversaire (birthday party) à bord du navire. C’était le jour où le vraquier s’est échoué sur les récifs de Pointe-d’Esny le 25 juillet 2020.

Selon le capitaine du MV Wakashio, il s’était rapproché de la terre ferme afin que le moral des marins « remains high » en leur donnant du temps à  parler à leurs proches.

Les conclusions d’un rapport rédigé par le capitaine Coopen indiquent que c’est « à cause de la ‘distraction sociale’ sur le pont, ils (les membres de l’équipage, Ndlr) n'ont pas réussi à s'assurer que le navire maintienne sa route ».

Le MV Wakashio, a précisé le capitaine Asiva Coopen, était « bien entretenu et en bon état de marche ». Agé de 56 ans, il est le premier témoin à déposer dans le cadre des travaux de cette Court of Investigation. Il a été, d’abord, interrogé sur un rapport qu’il a lui-même rédigé suite à une enquête préliminaire après le naufrage du vraquier, survenu le 25 juillet 2020, sur les récifs de Pointe-d’Esny.  

A une question de Me Rajkumar Baungally, le capitaine Asiva Coopen a indiqué que « techniquement parlant ‘everything was ok on the ship’ ».

« Le navire était bien entretenu. Il était dans de très bonnes conditions de fonctionnement. Chaque membre de l’équipage était qualifié. Le navire a été construit en 2007 », a expliqué le capitaine Coopen.

📷 Deux témoins assignés par la Court of Investigation à leur arrivée à l’ancienne Cour suprême

Ci-dessous un extrait de l’audition du capitaine Coopen. Les questions sont de Me Baungally.  

Me Baungally : Sur quels documents vous êtes-vous fondé pour rédiger ce rapport ?

Capitaine Coopen : Il est fondé sur tous les carnets de bord (logboks) et des documents émanant de la National Coast Guard de même que sur l’entretien de 19 marins du MV Wakashio.

Me Baungally : Pouvez-vous dire à la Cour quand avez-vous débuté votre enquête ?

Capitaine Coopen : J’ai été nommé le 6 août. Je me suis tout de suite mis au travail. Deux jours plus tard, soit le 8 août, je me suis rendu à bord du MV Wakashio en compagnie des policiers.

Me Baungally : Etait-ce une enquête menée conjointement avec la police ?

Capitaine Coopen : Notre enquête a été menée séparément. Elle avait pour but de savoir comment l’incident s’est produit et comment il aurait pu être évité. Elle n’avait pas pour but de trouver des suspects. Un tel exercice revient à la police.

Me Baungally : Quel est le statut électronique du navire ?

Capitaine Coopen : Le vraquier était conforme aux normes internationales et il fonctionnait.

Me  Baungally : Le navire transportait quoi ?

Capitaine Coopen : Il n’y avait pas de cargaison à bord.

Me Baungally : Pouvons-nous savoir la quantité de carburant qu’il y avait à bord ?

Capitaine : 3 900 tonnes métriques de carburant.

Me Baungally : Quelles sont les conclusions de votre rapport ?

Capitaine Coopen : En résumé, à cause de la ‘distraction sociale’ sur le pont, ils (les membres de l’équipage, Ndlr) n'ont pas réussi à s'assurer que le navire maintienne sa route. Le rapport fait aussi état de 21 recommandations.

Le naufrage du MV Wakashio a fait couler beaucoup d’encre. Il a même fait les choux gras de la presse étrangère. Il s’agit d’un navire, battant pavillon du Panama et appartenant à un armateur japonais. Ce naufrage a entraîné dans son sillage une marée noire, provoquant du coup la pire catastrophe écologique que le pays n’ait connue.

>> [Vidéo] Sabordage du Wakashio : voici comment s'est déroulée la dernière étape


Après avoir essuyé de vives critiques pour sa gestion de ce dossier, le gouvernement avait annoncé une Court of Investigation pour faire la lumière sur ce naufrage. Les travaux se déroulent sous la présidence de l’ancien Puisne Judge Abdurrafeek Hamuth. Ce dernier est assisté de Jean Mario Genevieve, Marine Engineer et Marine Surveyor, et de Johnny Lam Kai Leung, Marine Surveyor.

>> A lire aussi : Wakashio : la Cour rejette la demande de libération sous caution du capitaine Nandeshwar

📷 Le capitaine du MV Wakashio lors de sa comparution en Cour le 12 janvier

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !