Faits Divers

Cour intermédiaire : il est reconnu coupable d’avoir attenté à la pudeur de sa belle-sœur

Cour intermediare Le maçon de 49 ans avait assuré sa défense lors de son procès.

Un maçon de 49 ans a été jugé coupable, le mardi le 23 avril, devant la cour intermédiaire, d’attentat à la pudeur de sa belle-sœur. La cour fera connaître sa sentence le 3 mai.

Cet habitant de Saint-Hilaire s’est livré à des attouchements sur sa belle-sœur, âgée de 47 ans, le 29 juin 2015. L’accusé et la victime partagent la même maison. Celle-ci occupe le premier étage. Alors que l’accusé vit au rez-de-chaussée. Lors de son procès, le maçon a plaidé non coupable et a assuré sa défense.

Témoignage crédible

Selon la belle-sœur, elle se trouvait au rez-de–chaussée en train de faire la lessive, quand l’accusé s’est approché d’elle et l’a serré dans ses bras. Prise de peur, elle aurait appelé à l’aide. Au même moment, l’accusé aurait pris la fuite en voyant les enfants de la victime. Il n’est revenu chez lui qu’après six jours. La victime a concédé avoir rapporté le cas six jours après, car la famille voulait s’entretenir avec l’accusé. Mais, ce dernier n’a pas coopéré.

De son côté, le maçon a réfuté les allégations de sa belle-sœur. Il a témoigné sous serment. Il a expliqué que sa belle-sœur voulait qu’il évacue le domicile familial, afin de s’en emparer. 

Dans son jugement, le vice-président de la cour intermédiaire, Raj Seebaluck, souligne que le témoignage de l’accusé ne l’a pas convaincu. Car sa déclaration devant la cour ne corrobore pas avec ses déclarations à la police. Il conclut que la poursuite a établi l’acte d’accusation contre le maçon et que la victime a témoigné d’une façon cohérente et crédible.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !