Faits Divers

Cour intermédiaire - Accusation de viol : bénéfice du doute pour Jessen Nepaulsing

Jessen Nepaulsing Jessen Nepaulsing a soutenu avoir eu des relations sexuelles consentantes avec l’adolescente.

Ce jugement intervient quatre ans après les faits allégués. Accusé d’avoir violé une adolescente souffrant d’un handicap mental, Jessen Nepaulsing, 32 ans, a obtenu le bénéfice du doute, le mardi 3 mars 2020, en cour intermédiaire. L’accusation d’attentat à la pudeur qui avait été retenue contre cet homme a également été rayée. La cour a statué que la version de la plaignante n’était pas fiable et était truffée de contradictions. 

Jessen Nedepaulsing, aussi appelé Rajiv, répondait de deux chefs d’accusation devant la cour intermédiaire. Cet habitant de Mahébourg, un aide-chauffeur, était accusé d’avoir attenté à la pudeur d’une adolescente. Il lui était aussi reproché de l’avoir violée. Les délits allégués seraient survenus les 22 et 27 janvier 2016 respectivement. L’adolescente, souffrant d’un handicap mental, était âgée de 17 ans au moment des faits allégués. 

Jessen Nepaulsing était défendu par Me Tony Gukhool. Dans sa version à la police, il a nié les accusations formulées à son égard. Il a soutenu avoir fait la connaissance de l’adolescente à travers les réseaux sociaux. Après quoi, les deux se sont donnés rendez-vous à plusieurs reprises dans le village de Rose-Belle. Selon Jessen Nepaulsing, il a déjà eu des relations sexuelles consentantes avec l’adolescente en novembre 2015. 

Le verdict a été prononcé par les magistrats Adeelah Hamuth et Sacheen Boodhoo. Ils ont statué que la version de l’adolescente n’était pas cohérente, surtout sur la façon que les délits auraient été commis. Ainsi, selon les magistrats, sa version à la police ne corroborait pas avec sa version en cour. 

La cour a noté qu’il était peu probable que les délits aient été commis de la façon que l’adolescente les avait racontés. D’autant plus que les endroits dont elle avait fait état étaient des lieux publics. Ce qui indique qu’ils étaient fréquentés. 

Par ailleurs, la cour a également pris en compte qu’aucune autre preuve ni témoin n’ont été produits pour soutenir la version de la plaignante. De ce fait, les magistrats ont fait remarquer qu’il serait difficile de condamner Jessen Nepaulsing uniquement sur la base de la version de la plaignante.

Jessen Nepaulsing a ainsi obtenu le bénéfice du doute et les accusations d’attentat à la pudeur et de viol ont été rayées. 

Tirée par la main

Cette affaire fait suite à une déclaration de l’adolescente au poste de police de Mahébourg, le 2 février 2016. Selon ses dires, elle souffre d’un handicap mental et ses parents sont séparés. Elle soutenait que le 22 janvier 2016, elle était la dernière à quitter l’enceinte du Mauritius Institute of Training and Development de Mahébourg. Elle dit avoir vu Jessen Nepaulsing et que ce dernier lui a tiré par la main droite pour la plaquer contre un mur avant de commettre des attouchements sur sa personne. 

Dans une autre déclaration, l’adolescente a affirmé que le 27 janvier 2016, elle se trouvait à la gare de Mahébourg et s’apprêtait à prendre l’autobus pour rentrer chez elle quand Jessen Nepaulsing l’a accostée. Selon ses dires, ce dernier l’aurait attrapée par la main et l’aurait tirée jusqu’à un monument avant de la projeter au sol et la violer.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !