Actualités

Coupures d’eau : les habitants de Beau-Bassin, Rose-Hill et Coromandel « exaspérés »

robinet-sec

De nombreux habitants de la région de Beau-Bassin, Rose-Hill et Coromandel sont exaspérés. S’ils veulent bien se montrer conciliants, en raison du développement, ils réclament que les autorités fassent le nécessaire pour minimiser leurs contraintes.

« L’eau ne coule pas régulièrement depuis le début des travaux », indique Judex, un habitant de Vuillemin, à Beau-Bassin. Comme lui, ils sont nombreux à déplorer la fourniture de l’eau irrégulière depuis le début des travaux du Metro Express. Selon Judex ceux qui ont des réservoirs sont moins affectés mais la encore... Toutefois il dénonce la distribution d’eau aléatoire et « sélective » du camion-citerne, de la Central Water Authority (CWA).

« Le camion-citerne s’arrête seulement devant la porte de certains privilégiés. Par conséquent, certaines personnes reçoivent de l’eau plus qu’il n’en faut tandis que d’autres n’ont quasiment rien », allègue-t-il.

Farzana, une autre habitante de Beau-Bassin, abonde dans le même sens. Elle explique que les habitants doivent être constamment sur le qui-vive pour ne pas rater le passage du camion-citerne. « Cette situation est terrible », dit-elle. « Nous avons noté que le compteur d’eau tourne de manière inhabituelle et donne des taux d’utilisation d’eau astronomique », déplore-t-elle.

Depuis le début des travaux, la vie des habitants de Rose-Hill, Beau-Bassin et de Coromandel, a changé drastiquement. Ils se réveillent plus tôt pour utiliser la machine à laver ou pour stocker l’eau.

Christine, une habitante d’un appartement à Coromandel, explique que la pompe des appartements étant en panne, l’eau n’arrive pas jusqu’aux réservoirs, sur le toit du bâtiment. Avec la fourniture d’eau irrégulière, le problème s’est accentué. Si elle a la chance d’habiter le rez-de-chaussée et d’avoir de l’eau un peu plus longtemps que les autres, elle note le calvaire de ses voisins. « Nombreux sont ceux qui ont dû installer un réservoir individuel et stocker de l’eau dans des récipients », dit-elle.

Isabelle Pierre fulmine : « On ne passe pas notre temps à écouter la radio ou à regarder la télévision ». Ce qui fait que de nombreux habitants sont pris au dépourvu quand l’eau ne coule pas. Ses poissons d’aquarium et ses plantes en pâtissent comme elle, dit-elle.

Communication tous azimuts

Du côté de la CWA, tous les moyens possibles de communication sont utilisés, afin d’avertir la population des coupures d’eau : la presse écrite et parlée ainsi que le réseau social Facebook. En sus de cela, un exercice de porte-à-porte est entrepris dans les régions concernées. Dorina Prayag, Hotline Coordinator à la CWA, explique qu’elle envisage d’organiser une rencontre avec les Forces vives des régions affectées par les coupures d’eau, afin qu’elles puissent mieux informer les habitants des quartiers.

Pour le dimanche 26 août, le service Hotline a reçu une vingtaine de requêtes pour l’approvisionnement en eau par les camions-citernes. Cela concernait principalement des mariages.