Live News

Coronavirus: troisième décès en Italie, 149 cas de contamination ; onze villes en quarantaine, l'angoisse monte

Des résidents de la petite ville italienne de Casalpusterlengo, portant un masque respiratoire attendent d'être autorisés à faire leurs courses dans un supermarché par petits groupes de quarante personnes le 23 février 2020

Une femme âgée, atteinte d'un cancer et qui avait contracté le nouveau coronavirus, est morte en Italie, ont annoncé dimanche les autorités, ce qui porte à trois le nombre de décès dans ce pays qui compte 149 personnes contaminées. 

Le troisième cas mortel est une "femme âgée qui était hospitalisée à Crema (près de Crémone, en Lombardie, ndlr) depuis plusieurs jours et dont les tests montraient qu'elle avait contracté le coronavirus", a expliqué lors d'une conférence de presse à Milan, l'adjoint régional à la Santé, Giulio Gallera. 

Il a précisé qu'elle avait été admise "en oncologie dans un état grave".

Dans une conférence de presse séparée, le chef de la Protection civile Angelo Borrelli a annoncé que l'Italie, pays le plus touché d'Europe, comptait 149 cas sans compter les trois personnes décédées, dont "110 contaminés en Lombardie (autour de Milan), 21 en Vénétie (autour de Venise), 9 en Emilie Romagne, 2 dans le Latium (Rome)", ces deux cas ayant été contractés hors d'Italie. 

"55 sont hospitalisées avec des symptômes, 25 en thérapie intensive, 19 à l'isolement et 27 en cours de contrôle", a-t-il précisé.

Les décès en lien au nouveau coronavirus concernent tous des personnes âgées et déjà atteintes d'autres pathologies.

Le premier cas mortel en Italie était un maçon retraité de 78 ans à Vo'Euganeo, près de Padoue, en Vénétie (nord-est), qui est décédé le 21 février.

Le deuxième décès a été celui d'une femme de 77 ans, trouvée morte chez elle le 22 février, à Casalpusterlengo, près de Codogno. Un test post-mortem a détecté la présence du virus.

Onze villes en quarantaine en Italie, l'angoisse monte

Arrêt du Carnaval de Venise, fermetures à Milan et deux semaines de quarantaine pour onze villes: le Nord de l'Italie se prépare à vivre des jours d'angoisse et de restrictions après une soudaine et spectaculaire flambée des cas du nouveau coronavirus en trois jours.

"Virus Paralysie", titre le grand journal Repubblica. Tous les médias publient des recommandations sur la manière d'éviter la contagion ou d'expliquer l'épidémie aux enfants. 

Le Premier ministre Giuseppe Conte, interrogé sur la chaîne publique Rai Uno, avait appelé à "ne pas succomber à la panique et à suivre les consignes des autorités sanitaires". "Il ne faut pas avoir peur du fait que le nombre de cas augmentera encore", a-t-il ajouté.

Deux foyers principaux ont été identifiés: autour de Codogno, en Lombardie où un deuxième décès (une femme de 77 ans) a été annoncé samedi, et à Vo'Euganeo, près de Padoue (Vénétie), où le premier cas mortel d'un retraité de 78 ans avait été enregistré. Un cordon sanitaire y sera établi par l'armée à partir de lundi.

Les autorités de Lombardie ont aussi annoncé dimanche le décès d'une femme âgée, atteinte d'un cancer et qui avait contracté le nouveau coronavirus.

Le gouvernement a adopté un décret-loi très strict qui met à l'isolement onze villes, dont dix dans le périmètre de Codogno. "Ni l'entrée ni la sortie ne sera autorisée sauf dérogation particulière", a annoncé Giuseppe Conte.

Fermetures à Milan 

Dimanche, la Vénétie a aussi décrété l'interruption des festivités du célèbre Carnaval qui devait se terminer mardi, et des manifestations sportives ainsi que la fermeture des écoles et musées. Mais bars et restaurants restent ouverts. 

En Lombardie, dans la métropole de Milan, capitale économique italienne, écoles, universités, mais aussi musées, cinémas et théâtres dont la prestigieuse Scala seront fermés. Tous les bars baisseront le rideau de 18H00 à 6H00 du matin. Mais les services publics restent ouverts.

Même la fashion week milanaise a été perturbée: le maestro Giorgio Armani, 85 ans, et la styliste Laura Biagiotti ont décidé de défiler dimanche portes closes et de retransmettre leurs présentations pour l'automne-hiver 2020 sur leurs sites web.

Dans les onze villes en quarantaine, tous les lieux publics (bars, restaurants mairies, bibliothèques, écoles) sauf les pharmacies, ont fermé dès vendredi. 

Le principal foyer se trouve autour de Codogno, 15.000 habitants, dont beaucoup travaillent aux alentours ou à Milan, à 60 km de là.

Les trains de la société privée Trenord ne s'arrêtent plus dans cette localité et deux villes voisines. Des panneaux lumineux annoncent: "Coronavirus, la population est invitée à rester chez elle, par mesure de précaution".

Tout près à Casalpusterlengo, une voiture de la police arrête tous les véhicules circulant sur la principale artère reliant les différentes bourgades. 

"Nous allons rapidement installer un blocus total", a expliqué dimanche après-midi à l'AFP un policier, en soulignant que les agents informent "les gens que s'ils entrent, ils ne pourront plus sortir et inversement".

Le gouvernement a prévu des sanctions allant jusqu'à trois mois de réclusion pour les contrevenants.

Craintes pour les vivres 

Mais la grande crainte des habitants est celle de manquer de vivres. Toute la journée, à Casalpusterlengo , des files se sont formées devant le supermarché Lidl, l'un des seuls ouverts.

Le patient 1 pour la Lombardie est un homme de 38 ans, Mattia, cadre de la multinationale anglo-néerlandaise Unilever qui a un site important près de Codogno, à Casalpusterlengo, où 120 des salariés sur 160 ont été testés.

Sa contamination reste un mystère: il est exclu qu'il ait été contaminé par l'un de ses amis revenu de Chine en janvier, car celui-ci, "sur la base des tests effectués, n'a pas développé les anticorps", selon le ministère de la Santé.

L'OMS reconnaît que "la hausse rapide des cas enregistrés en Italie depuis deux jours est inquiétante", selon un porte-parole. "Ce qui nous inquiète aussi c'est qu'on n'a pas pu identifier dans tous les cas des liens épidémiologiques clairs comme des voyages en Chine ou des contacts avec un cas confirmé".

L'autre zone de contamination est Vo' Euganeo, près de Padoue. Les autorités ont soumis à des tests huit ressortissants chinois qui fréquentaient le même bar que le maçon décédé vendredi mais qui se sont révélés négatifs.

Le patron de la région Luca Zaia s'est dit "préoccupé" que le patient zéro n'ait pas été trouvé, ce qui prouve pour lui que "le virus est bien plus omniprésent que ce qu'on pensait".

Le trafic ferroviaire entre l'Italie et l'Autriche passant par le col du Brenner a par ailleurs été arrêté en début de soirée dimanche, comme l'a indiqué à l'AFP un porte-parole de la compagnie autrichienne de chemin de fer ÖBB, avant de reprendre autour de minuit.

Un train reliant Venise à Munich (sud de l'Allemagne) a été bloqué à la frontière en raison de deux cas suspects de coronavirus. Selon la police, citée par l'agence autrichienne APA, deux passagères allemandes ont été prises en charge pour des examens médicaux peu après leur départ de Venise.

"L'alerte est levée, les tests de diagnostic effectués sur les deux cas suspects se sont révélés négatifs", a ensuite annoncé le ministère autrichien de l'Intérieur dans un communiqué.

AFP

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP