Live News

Coronavirus: l'OMS va évaluer la gestion de la pandémie

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), vivement critiquée pour sa réponse à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi la création d'un panel indépendant d'experts afin d'établir "un évaluation honnête" de la gestion de la crise et "tirer des leçons" pour l'avenir.

Dans un discours devant les Etats-membres au siège de l'organisation à Genève, exceptionnellement public, le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a annoncé la création d'un comité indépendant présidé par l'ancienne première ministre néo-zélandaise Helen Clark et l'ancienne présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf.

"Je ne peux imaginer deux personnalités plus indépendantes pour faire cette évaluation honnête et nous aider à comprendre ce qui s'est passé ainsi que ce que nous devrions faire pour éviter de telles tragédies dans le futur", a-t-il déclaré.

Plus de 12 millions de personnes dans le monde ont été infectées par le nouveau coronavirus, qui a fait plus de 550.000 morts en six mois.

"Il est temps d'avoir une réflexion très honnête. Chacun d'entre nous doit se regarder dans le miroir. L'OMS, les Etats-membres, tous ceux qui ont été impliqués dans la réponse" à la crise, a martelé le Dr Tedros.

"Nos systèmes (de santé) n'étaient pas prêts. Nos communautés n'étaient pas prêtes. Nos systèmes de distribution (d'équipement et de matériel) se sont effondrés", a-t-il énuméré, à l'adresse des Etats membres.

"Nous devons évaluer nos systèmes de surveillance nationaux, la façon dont nous avons partagé l'information, dont nous avons gouverné, et voir si notre système global de santé est adapté", a-t-il poursuivi, avant de s'interroger : "sommes-nous prêts à en tirer les leçons" ?

Lors de leur assemblée annuelle en mai, les Etats membres de l'OMS étaient tombés d'accord sur le principe d'une enquête indépendante.

Depuis le début de la crise sanitaire fin 2019, l'OMS a été vivement critiquée dans sa réponse, tardant notamment à recommander le port du masque. Surtout, elle a été accusée par les Etats-Unis d'avoir été extrêmement complaisante avec la Chine, où est apparu le coronavirus, et d'avoir tardé à déclarer l'état d'urgence sanitaire mondiale. Les Etats-Unis, principaux contributeurs au budget de l'OMS, qu'ils ont qualifié de "marionnette de la Chine", ont officiellement notifié mardi leur retrait de l'organisation.

"Les divisions entre nous donnent l'avantage au virus", a estimé le dr Tedros."Un monde divisé ne peut pas vaincre cette pandémie", a-t-il insisté.

"La plus grande menace à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui n'est pas le virus lui-même, mais le manque de leadership et de solidarité au niveau global et au niveau national", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, qui ont franchi cette semaine le seuil des 3 millions de cas de coronavirus, sont le pays le plus touché par la pandémie, avec plus de 130.000 morts, mais le président Donald Trump continue d'assurer que son pays est "en bonne position" et à rejeter les alertes lancées par les scientifiques.

Le comité d'évaluation lancé par l'OMS présentera son rapport d'étape lors de l'Assemblée générale de l'OMS en novembre.

AFP

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !